Accidents, vols, infractions… le dossier noir du vélo à Nantes

Deuxième volet de notre grande enquête consacrée au vélo à Nantes. Depuis 2009, la métropole fait tout pour mettre en avant son statut de métropole "vélo-friendly". Et tandis que l'utilisation de la bicyclette augmente légèrement, accidents, vols et comportements répréhensibles se multiplient.

Vélo4ok
Un marquage tout spécialement destiné aux cyclistes a été apposé sur le Cours des 50 otages pour leur rappeler que les piétons sont prioritaires. / Photo: Bruno Saussier.

Christine Süski est écœurée. « Je partais en week-end chez des amis. J'ai garé ma voiture devant la porte de mon immeuble en feux de détresse le temps de la charger. Ça a suffit ». Un premier voyage pour le sac et le lit bébé, à nouveau 4 étages dans l'étroit escalier pour les fleurs et son petit Maly. À l'arrivée : deux rayures sur la largeur du coffre et une troisième sur toute la longueur de sa voiture. « Le gars n'est même pas descendu de son vélo. C'était plié en moins de dix secondes. » Le crime de Christine : stationner sept minutes sur la bande cyclable d'une rue passante de l'île de Nantes. Une infraction passible de 135 euros d'amende, et le risque de voir sa voiture s'afficher sur twitter avec le hashtag #gcum, pour "garé comme une merde" (sic), l'autre vengeance préférée des cyclos.

Les vélos, très attachés à leur liberté, entravent parfois celle des autres usagers de l'espace public. À Nantes, les témoignages sont légion sur les frayeurs, bousculades, accrochages dont les piétons, petits et grands, font les frais sur le domaine public. « Beaucoup de cyclistes, par méconnaissance, légèreté, voire provocation, ne respectent pas les règles » reconnaît la commissaire Nathalie Frêche, chef du Service d'ordre public et de soutien au commissariat Waldeck-Rousseau de Nantes. Des années durant, les forces de l'ordre se sont essentiellement concentrées sur le comportement des automobilistes. Le développement des déplacements doux les oblige aujourd'hui à constamment rappeler à ces usagers de la route qu'ils ont, eux aussi, une conduite à tenir.
Vélos: 3 % des déplacements, 13 % des victimes d'accident...
Car les chiffres sont alarmants : « À la lecture des procédures accidents dans lesquelles un vélo est impliqué, on constate que la responsabilité présumée des cyclistes passe de 17 % des cas en 2014, à 35 % en 2015 et 50 % en 2016 » poursuit la commissaire. Entre 2010 et 2014, ils n'étaient présumés responsables que dans 33 % des cas. Une augmentation qui ne doit cependant pas faire oublier que, sur la route, les cyclistes sont les plus fragiles. En 2016, ils représentaient 13 % des victimes
Comparaisons difficiles
Difficile de trouver les données pour comparer la . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 11 minutes

Par Bruno Saussier