Après la ZAD, les autonomes à la conquête de Nantes

Occupation de la fac et du château du Tertre, convergence des luttes sociales, politiques et environnementales... Après la victoire de Notre-Dame-des-Landes, plongée dans ces lieux nantais où bouillonne la contestation. Ce qui a fonctionné sur la ZAD est-il transposable à Nantes ?

Monument des 50-Otages, Nantes, le soir du 17 janvier 2018
Monument des 50-Otages, Nantes, le soir du 17 janvier 2018 / Photo: Nicolas Mollé

«Le gouvernement nous a laissé la Zad, nous, ce qu'on voulait, c'était la métropole », scande, bravache, une petite foule de manifestants, compacte et déterminée, en avançant sur le cours des 50-Otages. Nous sommes le mercredi 17 janvier 2018 au soir. L'annonce de l'enterrement définitif du projet d'aéroport du Grand Ouest est tombée le matin même de la bouche du Premier ministre et le pavé nantais se fait l’écho de la grande fête qui bat alors son plein au cœur du bocage, à une vingtaine de kilomètres de là.

Nantes et la Zad, la Zad et Nantes… En une dizaine d’années de lutte et d’occupations, des liens étroits se sont tissés entre la ville et les terres agricoles un temps promises au béton. « Nantes est la base arrière de la Zad et la Zad est la base arrière de Nantes », résume la sociologue Sylvaine Bulle, spécialiste de la violence politique et des contestations radicales. À mesure que la contestation s’enracinait à Notre-Dame-des-Landes, les 1800 hectares de terrain ont fini par constituer un « connecteur de luttes, une sorte de grand échangeur », estime la chercheuse au CNRS.

Devenu le symbole d’une lutte globale contre les dérives du libéralisme, de l’Etat policier et de l’agriculture intensive, NDDL a brassé large, se transformant en point de passage et lieu de rassemblement des « anti » de tous bords. Une « nébuleuse d'ultra-gauche » comme ont coutume de l’appeler les forces de l'ordre, parmi lesquels une partie d'autonomes résolus, anti-autoritaires, anarchistes, militants en quête d'émancipation par rapport à l'État, au patronat ou toute forme d'autorité.

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Nicolas Mollé