Vidéosurveillance : qui contrôle ceux qui nous surveillent ?

A un an des municipales et alors que plusieurs actes de violences ont récemment ensanglanté la ville, Johanna Rolland a annoncé l'extension du dispositif de vidéosurveillance nantais. D'ici à 2020, 30 nouvelles caméras s'ajouteront à la centaine déjà installée. Pour quelle efficacité et avec quels gardes-fous ? Mediacités s'est procuré le compte rendu de la première réunion du Comité d'éthique installé par la mairie.

Cameras une
Illustration : Jean-Paul Van der Elst

Comme de nombreuses municipalités socialistes, Nantes a longtemps refusé la vidéosurveillance. Jusqu’au mois d’avril 2018, précisément, date à laquelle 104 caméras ont été installées dans l’espace public. Depuis, les faits et gestes des Nantais, comme les manifestations - celles des « gilets jaunes », par exemple - sont suivies en direct par le CSU, le centre de supervision urbain et ses 18 agents (dont 15 opérateurs vidéo). Apparemment conquise par le dispositif et alors que la question de la sécurité promet d’être au cœur de la campagne pour l’élection municipale de l’an prochain, Johanna Rolland a annoncé, le 27 mars, la pose de 30 caméras supplémentaires d’ici à 2020.

Drôle de concordance des dates, quelques jours plus tôt, le 21 mars, se tenait la première réunion du « comité d’éthique nantais de la « vidéoprotection » (le terme que la municipalité préfère à « vidéosurveillance »). Présenté comme un outil pour « garantir la protection des libertés individuelles », ce conseil restreint est le garde-fou principal du système. Non-obligatoire, il serait le fruit d’une exigence personnelle de la maire. « Niveau éthique, je veux que ce soit du 10 sur 10 », aurait requis Johanna Rolland avant le lancement du dispositif, rapporte Gilles Nicolas, son adjoint à la sécurité. Voilà pour les paroles rassurantes. Mais concrètement quel est le rôle de ce comité ? Qui le compose ? Et surveille-t-il vraiment ceux qui nous surveillent ? Pour le savoir, Mediacités s’est procuré le compte rendu de cette première rencontre. Et ses conclusions – très formatées - sont en demi-teinte.
Un seul cas étudié par le comité
Le comité d’éthique se réunit une fois par an pour accomplir sa principale mission : étudier les demandes d’accès au droit à l’image des citoyens. Hors dépôt de plainte, auquel cas les images sont directement saisies par les policiers, il est . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Maxime Recoquillé