Coup de tonnerre sur l’île de Noirmoutier, ce vendredi 10 juillet. Dans le conflit hors normes qui oppose depuis cinq ans la mairie de La Guérinière à l’ancien exploitant de son camping municipal, le Conseil d’État a donné raison à la commune vendéenne. Plus précisément, la plus haute juridiction administrative française a sommé les tribunaux administratifs nantais de revoir leur copie, dans un dossier qui était pourtant déjà passé cinq fois devant leurs yeux. Une décision qui, du même coup, offre au pire un sursis, au mieux une porte de sortie inespérée, à la petite cité balnéaire.

En février dernier, une précédente décision de justice avait porté à... quatre millions d’euros la somme qu’elle devait verser à son ancien concessionnaire. Un montant considérable pour un village de 1 400 habitants,

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h