«La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est le manque de considération après les agressions sur nos collègues, samedi, lors de la manifestation. » Voilà comment plusieurs policiers nantais expliquaient à Mediacités le départ précipité de leur patron, avant que Presse-Océan ne révèle l’information mercredi 9 décembre en début d’après-midi. L’annonce avait été faite officieusement dès le matin, dans la cour de Waldeck-Rousseau, le commissariat central de Nantes : 18 mois seulement après avoir été nommé directeur départemental de la sécurité publique (DDSP, dans le jargon policier), Benoist Desferet quittera la Loire-Atlantique d’ici à la fin de l’année.

Ce départ surprise tient en grande partie aux relations difficiles que le DDSP entretenait avec ses troupes, d’après les policiers interrogés par Mediacités. Arrivé à Nantes dans un climat déjà tendu, moins d’un mois après la mort de Steve Maia Caniço suite à une charge policière, Benoist Desferet a montré au cours des derniers mois un tempérament « bilieux », rigide et sans état d’âme, selon les témoignages que nous avons pu recueillir.

Un trait de caractère qui s’est manifesté une nouvelle fois en ce début de semaine. « Nos collègues de la CDI (Compagnie départementale d’intervention, NDLR) ont été choqués par les agressions dont ils ont été victimes samedi à Nantes lors de la manifestation contre la loi « Sécurité globale », raconte un policier nantais. Parmi la cinquantaine d’agents qui composent cette unité, trois ont été blessés dont un grièvement brûlé après avoir reçu un cocktail Molotov. « Le DDSP ne s’est même pas déplacé à son chevet à l’hôpital », note un fonctionnaire de police. « On s’est senti lâchés par la hiérarchie suite à ces agressions. On a demandé des comptes ! », confie un autre.

commissariat Waldeck-Rousseau Nantes
Le commissariat central Waldeck-Rousseau, à Nantes. / Capture Google street view

Le son de la police de terrain

Sans passer par les syndicats, les policiers de la CDI ont alors demandé une entrevue au DDSP. Elle s’est tenue, au vu et au su de tous, le 9 décembre, dans la cour du commissariat Waldeck Rousseau. Le préfet est venu en personne pour tenter d’apaiser le climat. « Au lieu de calmer le jeu, le DDSP a jeté de l’huile sur le feu en nous disant qu’il fallait qu’on change de job si les jets de projectiles nous posaient problème », témoigne l’un des policiers présents. Le divorce entre le patron des flics nantais était alors consommé. Et acté par le préfet.

Malgré l’annonce du départ du DDSP, la colère n’est pas retombée dans les rangs policiers. Après une première manifestation mardi soir, plusieurs dizaines d’entre eux se sont rassemblés ce mercredi 9 décembre après-midi devant la préfecture de Nantes, puis devant Waldeck Rousseau pour demander une meilleure considération du travail accompli.

Apaiser les tensions internes et réconcilier les policiers de terrain avec leur hiérarchie… Voilà la tâche qui attend désormais le successeur de Benoist Desferet . En provenance des Hauts-de-France, où il occupe le poste de DDSP du Pas-de-Calais, Nicolas Jolibois devrait prendre ses fonctions à Nantes le 4 janvier prochain. Remarqué pour son professionnalisme pendant la crise des gilets jaunes dans le Nord, le futur directeur de la police de Loire-Atlantique a également été récompensé pour ses actions en matière de prévention des violences conjugales. Enfin, plus anecdotique, c'est lui qui a coordonné, en août dernier, un important dispositif de sécurité déployé à Tourcoing pour le mariage d’un certain… Gérald Darmanin.      

Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).