Pour arracher les Floralies à Nantes, la Vendée leur déroule le tapis rouge

Mediacités dévoile la convention qui lie le conseil départemental de Vendée au Comité des Floralies de Nantes. Pour attirer la 13e édition du festival horticole et ses 300 000 visiteurs attendus, la collectivité a mis le paquet.

Le_Logis_de_la_Chabotterie
Le logis de la Chabotterie, en Vendée, où se tiendra la prochaine édition des Floralies de Nantes, en 2024. / Image : Creative Commons – Benoit Bâlon

Une rupture, c’est forcément douloureux. Surtout quand elle intervient après 65 ans de vie commune et que l’un des membres du couple ne s’y attend pas… C’est ce qu’il s’est passé le 5 octobre dernier quand les Floralies de Nantes, l’un des plus importants évènements horticoles européens (200 exposants, 300 000 visiteurs), ont annoncé qu’après 12 éditions organisées à Nantes, la prochaine, en 2024, se tiendrait au domaine de la Chabotterie, dans la commune de Saint-Sulpice-le-Verdon, au nord de la Vendée…

A Nantes, l’annonce de ce divorce sans consentement mutuel prend tout le monde par surprise. « Nous n’avions pas été prévenu en amont, alors que nous étions ouverts à la discussion », regrette Fabrice Roussel, vice-président (PS) de Nantes Métropole, chargé du tourisme. « Je remarque qu'ils partent en Vendée, mais font le choix de garder Nantes dans leur nom », persifle même la présidente (PS) de la collectivité, Johanna Rolland. Du côté du Comité des Floralies, l’heure est plutôt aux justifications de façade. « Nous voulions nous renouveler, coller à notre époque, en installant les Floralies dans un cadre plus proche de la nature », affirme aux Echos Frédéric Fourrier. Et puis « à la Beaujoire, les bouchons du périph’ nantais étaient un problème », ajoute le secrétaire général du . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Thibault Dumas