Quand le déontologue nantais se prend les pieds dans la déontologie

Fraîchement nommé déontologue de la Ville et de la Métropole de Nantes, l’avocat nantais Nicolas Granger a-t-il dérapé ? La question se pose après l’envoi d’une curieuse proposition commerciale à l’association Anticor 44.

1280px-Nantes_-_Hotel_de_ville_04
L’hôtel de ville de Nantes. / Photo : Creative Commons – Selbymay

Le 13 décembre dernier, une curieuse proposition commerciale arrive sur la boîte mail de l’antenne d’Anticor en Loire-Atlantique. A la lecture du courriel, les bénévoles de l’association anticorruption ne cachent pas leur surprise et un certain malaise. Un avocat du barreau de Nantes y propose ses services juridiques pour « identifier de potentiels conflits d’intérêts et autres prises illégales d’intérêts dont certains élus se rendent coupables ». A titre d’exemple, un signalement circonstancié au procureur de la République pour prise illégale d’intérêt serait facturé 900 euros.

Ce n’est pas la proposition commerciale en tant que telle qui étonne les militants d’Anticor44.

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Antony Torzec