Un utilitaire est garé en double-file devant une galerie du centre-ville de Nantes. A l’intérieur du local, on décroche un tableau pour le déposer à l'entrée, là où d'autres toiles, appuyées contre le mur, attendent d'être enlevées. Bientôt, il y aura une nouvelle exposition, un nouveau vernissage. Pour l'heure, il faut séparer les œuvres vendues, marquées d’un autocollant rouge, de celles qui retournent à l'atelier.

« La fin d'une exposition, c'est toujours particulier. Chaque artiste la vit de manière différente. Bien sûr, il y a de la déception si on n'a pas - ou peu - vendu.

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois