A Nantes, l’inlassable combat du collège Rosa Parks contre la ségrégation scolaire

Avec moins de 1% d'enfants de cadres parmi ses élèves, l'établissement implanté entre deux quartiers populaires est le symbole de la ségrégation sociale qui règne dans les collèges de l'agglomération. Sur place, l'équipe éducative se démène pour offrir le meilleur aux élèves, tandis que le Département annonce de nouveaux investissements à partir de la rentrée.

2022-06-College-Rosa-Parks-Nantes-M-Doiezie
Dans la petite cour de récréation du collège Rosa Parks, à Nantes, où l’équipe éducative se bat pour contrer les effets de la ségrégation scolaire et sociale. / Photo : Mathilde Doiezie.

L'entrée dans la classe se fait au compte-gouttes. Trois élèves passent discrètement le seuil un billet de retard à la main. Lundi matin, premier cours. L'heure est au bilan du voyage scolaire effectué la semaine passée pour marquer la fin de l'année : il faut se mettre d'accord en petits groupes sur deux choses aimées et deux choses moins appréciées lors de cette sortie, argumenter à l'oral, se mettre dans la peau du professeur accompagnateur interviewé... Le sérieux est de mise et le langage presque châtié. Un tutoiement s'échappe lors d'une réponse, vite corrigé.

Les élèves de 6e du collège Rosa Parks de Nantes sont rodés à ces exercices de réflexion et de rhétorique. Ils y ont droit tous les jours en première heure. Mais d'habitude, l'objet de leur attention est le « feuilleton d'Hermès », 100 épisodes écrits par Murielle Szac autour de la mythologie grecque. Une heure de médiation culturelle baptisée « Toimoinous » par les deux enseignants qui ont lancé l'initiative en 2016, le professeur d'histoire-géographie Sébastien Manzoni et son collègue de français Anthony Vergneau. Toutes les classes de 6e s'y plient depuis, ainsi que l'ensemble de l'équipe enseignante.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Mathilde Doiezie