Retraites : jusqu’à six mois de retard dans le versement des pensions en Pays de la Loire

Dans la région, les retraités doivent attendre de trois à plus de six mois avant de pouvoir toucher leur première pension… En cause : un logiciel qui plante et un manque criant d’effectifs au sein de l’organisme chargé des versements. Résultat : en pleine crise inflationniste, les retraités trinquent et les syndicats alertent sur un « danger grave et imminent » pour les salariés.

2022-09-Carsat-Pays-de-la-Loire
Le siège de la Carsat des Pays de la Loire, à Nantes. / Capture Google Streetview

Des agressions verbales et des retraités qui « menacent de se suicider » ? « Les agents ne supportent plus ça », résume Sarah Papin, élue CGT au CSE (conseil social et économique) de la Caisse d’assurance retraite et de santé au travail (Carsat) des Pays de la Loire. Mardi 20 septembre, à Nantes, l’intersyndicale (CGT, FO, CFDT) a mobilisé durant deux heures une « petite centaine de salariés », pour un débrayage. La raison de leur colère : « Le stock de dossiers en retard en hausse de 49 % depuis un an. » Ou, dit autrement, la multiplication du nombre de nouveaux retraités de la région, obligés de patienter de très longs mois avant de toucher leur pension.
Des milliers de retraités en souffrance dans les Pays de la Loire
« Il nous faut en moyenne trois à quatre mois pour traiter un dossier, estime de son côté la direction de la Carsat, dans la réponse écrite donnée aux questions de Mediacités. Trois quarts des dossiers retraite ne présentent pas de difficultés particulières et sont finalisés au bout de trois mois. Le dernier quart, plus complexe peut prendre plus de six mois. Notons que la Carsat Pays de la Loire devrait traiter cette année plus de 42 000 dossiers de retraite de base (en progression de 3% par rapport à 2021) », ajoute‐t‐elle. Ce qui implique que plus de 10 500 personnes devront ainsi attendre plus d’une demi‐année avant de se voir verser leur retraite…

Concrètement, un retraité avec une carrière de salarié classique qui déposerait son …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Favorite

Par Isabelle Jarjaille