L’université de Nantes lâche les librairies locales au profit d’un concurrent lyonnais

Les librairies nantaises Durance et Vent d’Ouest viennent de perdre au profit du lyonnais Decitre le marché « colossal » de la fourniture des livres de l’université de Nantes, dont elles étaient les partenaires historiques depuis plus de trente ans. Elles déplorent une décision politiquement et écologiquement « incompréhensible ».

2023-01-Librairie-Durance-Nantes
Partenaires de l’université de Nantes depuis plus de trente ans, les librairies Durance (photo) et Vent d’Ouest ne lui fourniront plus de livres. / Photo : capture de la page Facebook de la librairie Durance.

Stupeur et tremblements dans le monde du livre nantais. En fin d’année 2022, l’université de Nantes a préféré confier le marché de la fourniture de ses livres (bibliothèques universitaires, laboratoires, etc.) à la société lyonnaise Decitre (groupe Le Furet du Nord) plutôt qu’aux librairies nantaises Durance et Vent d’Ouest.

Un marché « colossal » selon les acteurs de la filière : 1,7 million d’euros par an, en moyenne,

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Guillaume Frouin (PressPepper)