Ces autres affaires Guerriau qui n’ont pas alerté le « système » politique local

Sur le plan national, le grand public a récemment découvert Joël Guerriau, soupçonné d’avoir drogué une députée dans le but de l’agresser sexuellement. Mais le sénateur centriste de Loire-Atlantique était bien connu à l’échelle locale, son fonctionnement ayant déjà soulevé de nombreuses questions. Aucune alerte n’avait jusqu’alors été prise au sérieux.

Joël Guerriau au Sénat Capture vidéo Sénat
Joël Guerriau lors de la séance publique du Sénat du 26 novembre 2019. Capture vidéo Sénat

Gérard Larcher a rapidement pris les devants. Trois jours après la mise en examen du sénateur Joël Guerriau, soupçonné d’avoir drogué la députée Sandrine Josso dans le but de l’agresser sexuellement, le président Les Républicains (LR) du Sénat a adressé un courrier à l’élu de Loire‐Atlantique pour l’« inviter » à « se mettre en retrait de toutes ses activités liées à son mandat ». Une demande formulée « au regard de l’extrême gravité des faits reprochés au sénateur et du principe de dignité qui s’attache à l’exercice du mandat parlementaire », a précisé son entourage.

Placé sous contrôle judiciaire, Joël Guerriau a aussi immédiatement été suspendu par le bureau national de son parti, Horizons, qui a engagé « une procédure disciplinaire pouvant conduire à une exclusion définitive ». « S’ils sont avérés, les faits évoqués sont très graves et absolument inacceptables », a indiqué le mouvement d’Édouard Philippe. Si nul ne pouvait présager de la gravité des accusations aujourd’hui portées contre le sénateur de 66 ans – dont près de trente passés en politique –, des alertes sur son fonctionnement au niveau local ont toutefois longtemps été ignorées.

Elles ont récemment ressurgi sur une boucle de l’application de messagerie Telegram, où discutent depuis quelques années des dizaines de membres ou soutiens de la majorité présidentielle issus du département de Loire‐Atlantique. C’est sur cette boucle interne qu’une ancienne députée macroniste est sortie du silence peu après la révélation de la plainte visant Joël Guerriau. « Au‐delà de cette affaire aux faits très graves, nous ne pouvons à aucun moment dire [que] nous ne savions pas qui était le personnage », y a écrit cette ex‐parlementaire, dénonçant la passivité du mouvement et de ses alliés politiques face à ce qu’elle qualifie de « système ».

Si plusieurs personnes ont salué – voire appuyé – l’intervention de l’ancienne élue sur cette boucle interne, le député Renaissance Mounir Belhamiti, également référent départemental du parti, lui a pour sa part répondu n’avoir « pas connaissance des allégations relatives au “système” » en question. « Pour ce qui me concerne, je n’ai …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Temps de lecture : 8 minutes

Favorite

Par Antton Rouget et Ellen Salvi (Mediapart)