Mediacités mis en examen pour un article sur la radicalisation islamiste présumée de deux fonctionnaires

Pour avoir révélé, en janvier dernier, que la direction nationale de la police judiciaire avait mis sous surveillance deux gardiens de prison soupçonnés de radicalisation islamiste, notre journal d'investigation va être jugé pour diffamation. Explications.

Dans le dédales des centre de rétentions
Crédits photographiques Kevin Arquillo

Pour la première fois de sa jeune existence, Mediacités est mis en examen. Ce mercredi 9 octobre à 14 heures, le juge d’instruction Fabien Terrier l’a notifié au directeur de la publication de Mediacités que je suis, à l’occasion d’un interrogatoire de première comparution dans son bureau du TGI de Toulouse. L'avis préalable à une mise en examen pour diffamation ou injures nous était parvenue quelques semaines plus tôt, par recommandé avec accusé de réception. Les plaignants ? Deux surveillants de prison travaillant en région Occitanie.

Ce jour-là, pourtant, l’entretien fut très formel. En matière de presse, le juge d'instruction n'a aucun pouvoir d'investigation. Les questions en restèrent donc aux vérifications de base. « Quelles sont vos date et lieu de naissance ? Quel est le nom de votre père et de votre mère ? Confirmez-vous être le directeur de la publication de Mediacités ? Combien d’abonnés avez-vous ? » Quinze minutes plus tard, je quittais le Palais de justice de Toulouse non sans avoir dûment signé le procès-verbal de l’interrogatoire qu’une greffière avait consciencieusement consigné. J'étais officiellement mis en examen.

L’interrogatoire de première comparution est la première étape de la procédure. En matière de presse, la mise en examen automatique dès lors qu’une plainte avec constitution de partie civile a été déposée. Dans les prochains mois, je recevrai une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel et l’affaire sera alors jugée au fond. Que reproche-t-on exactement à Mediacités ? Une information exclusive, publiée le 8 janvier dernier. L'article est sobrement intitulé

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Jacques Trentesaux