Nicole Belloubet, retour sur le parcours toulousain d’une ambitieuse

Avant d’être ministre de la Justice, Nicole Belloubet a tracé sa route à Toulouse : rectrice, adjointe au maire, vice-présidente de la région. Encensée par les uns, décriée par les autres, Mediacités a retracé en détail le parcours de celle qui n'a fini aucun de ses mandats.

La Garde des Sceaux, ministre de la justice, visite le Tribunal de grande instance de Nanterre
©Vincent Isore/IP3 ; Le 12 Septembre, 2017 – La garde des sceaux, ministre de la justice, visite le Tribunal de grande instance de Nanterre.

L’ambiance est lourde ce 2 mars 2005 au rectorat de l’académie de Toulouse. Sa patronne Nicole Belloubet vient d’annoncer sa démission. Celle qui n’a jamais fait mystère de son adhésion au PS, clame qu’elle s’en va pour protester contre les restrictions budgétaires imposées par le premier ministre de droite, Jean-Pierre Raffarin. Elle se refuse à déshabiller l’Education nationale. C'est ce qui s’appelle démissionner avec fracas. Un grand nombre de membres du personnel, sur lesquels la rectrice partante exerce un réel charisme, sont abasourdis. En revanche, les inspecteurs d’académie - sa garde rapprochée - se montrent goguenards : « Vous la reverrez bientôt ! Elle ne part pas pour rien… » Ils ne croient pas si bien dire. Nicole Belloubet ne va guère tarder à gravir les échelons, jusqu’à devenir douze ans plus tard, ce 21 juin 2017, ministre de la Justice, garde des Sceaux.

https://twitter.com/20Minutes/status/877577884059148291

Nicole Belloubet est professeure de droit public. En 1980, elle soutient sa thèse "Pouvoirs et relations hiérarchiques dans l’administration publique" à l’université Paris Panthéon-Sorbonne. Ses contraintes familiales - elle est alors mère de deux jeunes enfants - ne lui permettent de se présenter à l’agrégation de droit public qu’en 1992 : elle décroche une remarquable deuxième place au prestigieux concours. Une chaire à l’université d’Evry (Essonne) l’attend. La victoire du PS aux élections législatives de 1997 offre de nouvelles perspectives. Le gouvernement Jospin veut nommer des femmes à des postes à haute responsabilité et si elles ont la carte du PS, cela ne gâche rien. Nicole Belloubet devient rectrice de l’académie de Limoges. Puis, en 2000, les portes de l’académie . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Bruno Vincens