L’ombre de l’embourgeoisement plane sur le futur quartier Matabiau

Les travaux du programme de rénovation urbaine autour de la gare Matabiau ont débuté à l'automne et devraient durer jusqu'en 2030. A ceux qui craignent la fin de ce quartier populaire, la Métropole oppose une ambition de « mixité sociale ». Sans pour autant garantir que les populations les plus défavorisées y trouveront encore leur place.

dessin presse tour occitanie (1)
Illustration: Jean-Paul Van der Elst.

"La typologie des logements assurera l’accès de tous au nouveau grand centre-ville – propriétaires et locataires aux différents niveaux de revenus - de manière à garantir la mixité sociale. » Telle est la promesse figurant sur le site web du colossal projet d'urbanisme Toulouse Euro Sud Ouest (TESO), qui doit métamorphoser le quartier de la gare Matabiau. De quoi dessiner un rictus ironique sur le visage d'Eric. A 50 ans, cet ancien habitant de Bonnefoy, le quartier historique des cheminots à l'est de la gare, est désormais installé « à la campagne ». Il revient parfois faire la manche dans le secteur où il a vécu quelques années, dans un studio de moins de 30 mètres carrés d'un immeuble de l'avenue de Lyon, pour 380 euros par mois. « Avec juste un velux et une porte, précise-t-il. Et quand il y avait les grosses pluies d'automne, ça tombait dedans ». A ses yeux, aucun doute : ce vaste programme de rénovation urbaine est une opération visant à faire grimper les loyers pour chasser « les pauvres de chez pauvre » et les remplacer par des cadres supérieurs.

Ce n'est évidemment pas comme un processus de gentrification que la mairie de Toulouse présente ce vaste projet urbain co-porté par l'Etat, la Région, le Département, Toulouse Métropole, la Sncf et le réseau de transports en commun Tisseo. Il s'agit plutôt « d'étendre le centre-ville de Toulouse pour qu’il soit à la hauteur de son rang de capitale régionale et valoriser les quartiers aux abords de la gare ». Le programme concerne une aire de 135 hectares des quartiers de Bonnefoy, Matabiau-Bayard, Marengo, Jolimont et Périole, où résident plus de 80 000 toulousains. Le niveau de vie y demeure plutôt modeste. Autour de la Place-Belfort, par exemple, un secteur connu pour ses nombreux sex-shops et clubs de strip-tease, le revenu médian annuel est de 20 411 euros, selon l'Insee. On est loin des 26 469 euros du quartier de la place Wilson ou des 30 491 euros de Croix-Baragnon...

Trois phases de . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Emmanuel Riondé