Le 18 juin 2017, 49 députés ont été élus dans la Région Occitanie.  Un an plus tard, Mediacités fait le bilan : comment ces derniers se sont-ils positionnés pendant les scrutins ? Votent-ils comme le reste de leur groupe politique à l’Assemblée ? Font-ils entendre leurs différences ? Désertent-ils les bancs de l’Assemblée ? Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur les données récoltées par le studio de datajournalisme et datavisualisations Wedodata , entre juin 2017 et août 2018. Une masse de chiffres qui permet d’analyser l’attitude des députés de la région Occitanie. Et de débusquer les plus moutonniers comme les plus frondeurs.                         

Taux de vote en contradiction avec les consignes de son groupe pour chaque député

Sébastien Nadot, le plus frondeur

C'est en Haute-Garonne et dans le Gard que l'on trouve les élus de la majorité les plus critiques par rapport à la ligne du gouvernement. Le plus frondeur se nomme Sébastien Nadot, député LREM de la dixième circonscription de Haute-Garonne : une fois sur quatre, son vote a été en contradiction avec celui de la majorité (26,13 % de votes contraires à la consigne du groupe LREM) ! Il a adopté à 29 reprises une position différente de celle de la majorité sur les 111 scrutins auxquels il a participé. "Je ne me considère pas du tout comme un frondeur, nous indique-t-il. Par contre, je place l'intérêt général devant les positions de mon parti. Il faut pouvoir exprimer ses désaccords et pouvoir voter pour une bonne idée même si elle est proposée par un autre parti."

Sébastien Nadot s’est opposé au texte Asile et Immigration en s’abstenant sur l’ensemble du texte - et en votant pour des amendements des élus de gauche : "J’ai défendu une dizaine d’amendements, essayant d’infléchir ce projet qui ne me satisfaisait pas, expliquait-il alors à France 3 Occitanie. Il y a eu quelques rares avancées. Mais ce texte était mal né, en raison d’une circulaire inopportune mise en oeuvre en décembre, cristallisant les crispations, bien avant le débat parlementaire. Ce débat s’est ensuite tenu à un rythme complètement débridé pour ne pas dire fou… Cela m’a conduit à décider de ne pas prendre part au vote. La loi ne se construit pas dans la précipitation et en fonction de la communication médiatique." 

Patrick Vignal, le plus moutonnier

Derrière Sébastien Nadot, les députés LREM du Gard Olivier Gaillard (14,88%) et de Haute-Garonne Sandrine Mörch (12,77%) n'ont, eux aussi, pas hésité à prendre leurs distances avec les consignes de vote de la majorité. Ce fut respectivement le cas pour les lois Agriculture et Asile et Immigration. A l'inverse, c'est en Haute-Garonne que l'on trouve des élus de la majorité particulièrement disciplinés : Mickaël Nodal, Pierre Cabaré et Corinne Vignon. Tous trois ont moins de 1% de votes en contradiction avec les consignes de La République en Marche.

L'élu héraultais Patrick Vignal, ex-socialiste parti chez LREM, fait encore mieux : pas le moindre vote différent de la consigne de son groupe ! Néanmoins, ce taux record est à relativiser car le député n’a été présent qu'à... 4,12 % des scrutins ! Difficile de tirer une tendance de ses votes avec une si faible présence (46 scrutins sur 1118).

Sur l’ensemble de l’Occitanie, le député (LR) du Lot Aurélien Pradié est l’élu de l’opposition qui s'écarte le plus de la ligne de son parti. Dans 16,53 % des cas, il a voté différemment des députés siégeant sur les mêmes bancs que lui. Il s’est par exemple abstenu sur les projets de loi ferroviaire quand son parti a voté pour. Il a voté pour l’arrêt de l’exploitation des hydrocarbures alors que le groupe Les Républicains a voté contre. Des positions surprenantes pour ce jeune cadre LR, fidèle soutien de Laurent Wauquiez.

L'élu centriste de Lozère Pierre Morel-À-L'Huissier a également pris fréquemment ses distances avec l'UDI : 14,02 % de ses votes ont différé de la ligne de son groupe. A l'inverse, les trois députés France Insoumise d'Occitanie se sont distingués par leur fidélité à leur mouvement politique : Muriel Ressiguier (Hérault, 0,89% de votes différents), Bénédicte Taurine (Ariège, 0,56%) et Michel Larive (Ariège, 1,33%). Précision importante : nous n’avons pas pris en compte les députés non inscrits dans ce classement car ils n'appartiennent à aucun groupe politique.

Emmanuelle Ménard, la plus assidue aux scrutins

Taux de présence aux scrutins pour chaque député

Emmanuelle Ménard, élue apparentée Rassemblement National dans l’Hérault, est la députée plus assidue d'Occitanie. Elle a voté lors de 58,28% des scrutins. Parmi les membres de la majorité LREM, c’est Marie-Christine Verdier-Jouclas (Tarn) qui se classe en tête du classement régional, avec 44,58% de votes. Les députés LREM Jean Terlier (Tarn) et Nicolas Démoulin (Hérault) complètent le podium avec 38,41% de participations aux scrutins. Parmi les trois députés de la France Insoumise, Bénédicte Taurine (31,69%) fait beaucoup mieux que Muriel Ressiguier (20,23%) et Michel Larive (20,14%). 

Dans les profondeurs du classement, on retrouve deux élus LREM, Patrick Vignal (Hérault) et Philippe Folliot (Tarn), avec seulement 4,12 % et 2,95% de participations aux scrutins. En clair : ils n'ont participé respectivement qu'à 46 et 33 votes sur les 1118 s’étant tenus à l’Assemblée entre juin 2017 et août 2018. Le très médiatique député du Rassemblement national dans le Gard, Gilbert Collard, est le plus mal classé des élus d'opposition de la région (avec 9,04% de participations au scrutin).

Evolution du taux de présence aux scrutins pour chaque député sur un an

Coralie Dubost, la plus "fayote" sur Twitter

Le degré d'implication d’un député ne se mesure pas uniquement à ses votes. Il se détermine aussi par son activité sur Twitter. Relayer la politique du gouvernement, défendre l’action parfois contestée d’un ministre sur les réseaux sociaux, promouvoir les textes adoptés… Tout cela donne une idée (forcément partielle, tous les députés n’étant pas égaux face aux réseaux sociaux) de l’implication d’un député dans la majorité. Pour la déterminer, nous avons sélectionné les mentions d’Emmanuel Macron, d’Édouard Philippe et des ministres dans les tweets des élus de la région Occitanie.

Le député LREM de l’Hérault Coralie Dubost est la plus active sur Twitter lorsqu’il s’agit de relayer l’action du président de la République. En une année, elle a publié pas moins de 423 tweets mentionnant Emmanuel Macron... soit plus d’un tweet par jour en moyenne ! Suivent Jean-Luc Lagleize (élu MoDem de Haute-Garonne, 327 mentions d'Emmanuel Macron) et Marie-Christine Verdier-Jouclas (élue LREM dans le Tarn, 299 mentions). Ces trois députés sont définitivement les plus zélés : on les retrouve aussi aux trois premières places aux classements de ceux qui ont mentionné le plus souvent Edouard Philippe et de ceux qui ont cité le plus souvent les ministres du gouvernement.

Nombre de tweets avec les mentions d'Emmanuel Macron, d'Edouard Philippe et des ministres pour chaque député