Le 30 décembre 2018, pour la première fois depuis le 16 avril 2017 et une défaite contre le Racing 92 (8–10), le Stade Toulousain a délocalisé l’une de ses rencontres au Stadium. Ce jour là, les Rouge et Noir ont reçu Toulon pour le compte de la 13e journée du Top 14, dans une enceinte à guichets fermés (32 700 spectateurs). Le « pari économique », que nous avait décrit son président Didier Lacroix quelques jours auparavant, a été réussi. 
Pas de match au Stadium pendant l’hiver
Au‐delà de la tenue de ce match de gala, une question se pose : le Stade Toulousain remettra‐t‐il un jour les pieds au Stadium ? Rien n’est moins sûr. Approuvée le 4 octobre 2018, la convention de mise à disposition de l’enceinte par Toulouse Métropole au club de football TFC (en contrepartie une redevance annuelle de 1,624 million d’euros hors taxe) contraint drastiquement son voisin du rugby. Prenant effet le 1er janvier 2020 pour une période de dix ans, ce texte comporte en effet une série de dispositions qui limitent les possibilités d’utilisation du Stadium par le Stade Toulousain.

Si le TFC accepte que des matchs des Rouge et Noir se disputent dans son antre, le nombre de ceux‐ci est fixé à un maximum de 6 par saison. De plus, sauf hypothétique accord du club présidé par Olivier Sadran, ils ne pourront pas se tenir entre le 1er novembre et le 1er mars, afin de préserver la pelouse qui souffre en hiver. Par le passé, sa dégradation par les rugbymen avait suscité la colère des footballeurs. Quand bien même le …

🤚STOP Cet article est réservé à nos abonnés.
 Cependant…
😀 Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Philippe Kallenbrunn
Journaliste de sport, avec un penchant prononcé pour le rugby, j'ai travaillé au sein des rédactions de Midi Libre, France Soir et Midi Olympique. Je collabore essentiellement aujourd'hui au Journal du Dimanche et au Figaro. J'ai récemment publié deux livres d'enquête : "Les années Saint-André, autopsie d'un fiasco" (Solar, mars 2016) et "Peur sur le rugby" (Marabout, septembre 2017).