Agressions sexuelles au collège Lamartine de Toulouse

Une adolescente de 14 ans aurait été victime de quatre viols collectifs aux abords du collège Lamartine de Toulouse, entre mars et juin 2019. La direction du collège aurait eu en sa possession des éléments pouvant l'alerter, dès le printemps, mais n'est pas intervenue. Des organisations syndicales dénoncent la non-gestion de cette situation.

_MG_2652

A l’origine, cela ressemblait à une « simple » histoire de harcèlement. Le mercredi 4 septembre 2019, Laila* est rouée de coups à la sortie du collège Lamartine, dans le quartier Saint-Cyprien à Toulouse, par des élèves du même établissement. La scène, filmée, est diffusée sur les réseaux sociaux Snapchat et Twitter. Son histoire est rapportée dans La Dépêche du Midi. « J'étais folle quand j'ai vu la vidéo ! », raconte Nadine*, sa mère. Pour autant, son mari et elle ne se sentent pas soutenus par la direction du collège Lamartine, qui dément que les agresseuses de Laila sont scolarisées en son sein. Les parents décident donc de changer leur fille d'établissement, pour garantir sa sécurité et dans l'espoir que leur vie reprenne paisiblement son cours.
Un lanceur d'alerte
Après avoir recueilli les témoignages de plusieurs élèves, Dominique*, un membre de l'équipe éducative du collège Lamartine contacte de sa propre initiative la mère de Laila*, le 14 octobre. Il lui révèle - avec l'accord de Laila - que cette dernière a été victime d'un viol collectif en mars 2019, par trois élèves de l'établissement, aux abords du collège. « J'ai été mis au courant d’événements criminels, explique-t-il dans une lettre envoyée le 15 octobre au rectorat. Une autre vidéo aurait été tournée avant celle de l'agression [du 4 septembre]. Celle d'un viol collectif commis par trois garçons durant l'année scolaire 2018-2019. Plusieurs élèves m'ont confirmé l'avoir reçu et regardé via les réseaux sociaux. Ils m'ont aussi dit qu'elle serait la raison du lynchage de Laila. »

En réalité, ce sont . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Gael Cérez et No guest author exists with the given ID (92983).