Dans le quartier Bonnefoy, rencontre avec les expulsés de la gentrification

Au-delà des promesses politiques, des imposants gestes architecturaux et de la communication huilée des promoteurs immobiliers, les projets de renouvellement urbain charient aussi leur lot de maltraitance sociale. Reportage dans le quartier Bonnefoy, au cœur du projet ex-TESO.

Faubourg Bonnefoy.18/06/09ToulouseFrŽdŽric Scheiber/ANDIA pour CAPITAL
Un immeuble récent dans le faubourg Bonnefoy, à Toulouse. / Frédéric Scheiber

Quartier Bonnefoy, à l'est de Toulouse, de l'autre côté de la gare Toulouse-Matabiau. Dans la petite rue des Cheminots qui file à droite de l'avenue de Lyon juste après le pont, Stéphanie, 38 ans, auxiliaire de vie scolaire, occupe un agréable T3 de 60 mètres carrés avec ses deux enfants, qu'elle élève seule. Installée là depuis 2012, son lien avec le quartier est bien antérieur : « Ma grand-mère est des Hauts de Bonnefoy, raconte-t-elle. Je suis arrivée ici dans l'enfance et j'y ai grandi. C'est mon quartier. Et quand, il y a quelques années, j'ai eu l'occasion de m'y réinstaller, je l'ai fait avec plaisir : c'est un coin populaire avec une vraie mixité sociale, dans lequel j'ai toujours été à l'aise même quand j'étais ado. En plus, c'est central. Je fais tout en vélo ou à pied... » Bref, un vrai « bon plan » pour cette mère isolée qui paie un loyer mensuel de 530 euros pour deux chambres et une grande pièce à vivre donnant sur une petite cour intérieure partagée avec six autres locataires.

Mais là s'arrête la belle histoire. La rue des Cheminots est promise à être rasée. Son tort ? Être placée au cœur du « périmètre de déclaration d'utilité publique » du plus grand projet de renouvellement urbain de Toulouse actuellement en cours. Un projet qui a discrètement changé de nom en novembre, l'acronyme un peu techno « Teso » (pour Toulouse euro-sud ouest), laissant la place, ni vu ni connu, au plus gouleyant et pittoresque « Grand Matabiau Quai d'Oc ». La double finalité affichée, elle, demeure : « Transformer la gare de Toulouse-Matabiau en pôle d’échanges multimodal » et « étendre le centre-ville au-delà du canal du Midi ». Le tout, assure la communication officielle du projet, en visant « une amélioration globale du cadre de . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Emmanuel Riondé