Les oreilles bouchées de l’aéroport de Toulouse-Blagnac

Les capteurs du réseau Sentinelle qui mesurent le bruit des avions de l'aéroport Toulouse-Blagnac sont-ils fiables ? Pour le collectif contre les nuisances aériennes de l'agglomération toulousaine (CCNAAT), la réponse est clairement négative.

avion coucher de soleil toulouse
Un avion au-dessus de Toulouse. / © Rémi Benoit

Habitant du quartier Croix-de-Pierre et militant de ce collectif qui regroupe 28 quartiers de Toulouse et 12 communes de l'agglomération, Jérôme Favrel a épluché quatre années de mesures des six capteurs fixes du réseau Sentinelle. Soit 200 000 enregistrements par an : un vrai travail de bénédictin. Diplômé de l'une des grandes écoles aéronautiques de Toulouse, cet ingénieur maîtrise parfaitement ce sujet très technique. Face aux gestionnaires de l'aéroport, qui refusaient de lui transmettre les données, Jérôme Favrel a été contraint de saisir la CADA (commission d'accès aux documents administratifs) pour obtenir les fichiers. Les résultats de ses calculs sont troublants.             

« Plusieurs milliers d'événements enregistrés par le système Sentinelle ne sont pas pris en compte pour le calcul des principaux indicateurs de l'aéroport », s'étonne Jérôme Favrel. Selon les calculs de l'ingénieur, jusqu'à 15 % des résultats sont passés à la trappe en fonction des capteurs. Plus étonnant encore, la moitié environ de ces données qui s'évaporent sont attribuables aux vols d'essais d'Airbus. Pour le militant de la Croix-de-Pierre, cela représente une sous-estimation globale de l'ordre de 10 à 23 % du bruit des avions au-dessus de l'agglomération toulousaine. Soit entre 0,4 et 0,9 décibels par jour selon les capteurs. L'aéroport de Toulouse-Blagnac serait donc plus bruyant qu'il ne veut bien l'avouer.
Des nuisances sonores non plafonnées
Sollicitée par Mediacités pour répondre à ces accusations, la nouvelle direction

Le groupe Eiffage, qui a racheté les actions des chinois de Casil en décembre dernier, a débarqué Charles Champion, ancien cadre d'Airbus, de la présidence du conseil de surveillance d'ATB. L . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 10 minutes

Par Stéphane Thepot