Officielle depuis le 18 décembre, la candidature de Pierre Cohen n’a pas contenté tout le monde au sein de Génération.s. Depuis le lancement de la campagne pour les municipales, une trentaine de militants toulousains du parti créé par Benoît Hamon aurait rejoint d’autres listes de gauche. Ils seraient une dizaine à avoir choisi le camp de la candidate socialiste Nadia Pellefigue, selon Johan Bedel-Navarro, 26e colistier à Une Nouvelle Énergie et militant Génération.s. Véronique Chauveau, 30e colistière de la liste Archipel Citoyen et ex-porte-parole de Génération.s à Toulouse, recense quant à elle une vingtaine d’anciens hamonistes, comme Nathalie Drige, ancienne coordinatrice de la campagne européenne de Génération.s sur le plan local, parmi les soutiens de la liste menée par l’écologiste Antoine Maurice. Réfutée par Génération.s, cette hémorragie s’explique, selon nos informations, par des désaccords politiques majeurs entre militants et cadres locaux, quant à la stratégie à adopter à l’occasion de l’échéance électorale.

Annoncée tardivement après de longs mois de suspense, la candidature de Pierre Cohen fait suite à une pré-campagne en faveur d’une liste unitaire de la gauche dès le premier tour. Faute d’accord, l’ancien locataire socialiste du Capitole battu par Jean-Luc Moudenc en 2014 assume finalement le cavalier seul et attribue l’échec des négociations aux portes closes d’Archipel Citoyen et de Une. En réalité, la décision de mener une liste Génération.s indépendante s’est jouée dès le 15 juin 2019.

Au sein du mouvement, les discussions sur le sujet ont débuté en novembre 2018. Archipel Citoyen présente alors sa . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois