Le RN recycle un militant identitaire au conseil régional d’Occitanie

Le groupe régional du Rassemblement national a embauché en septembre une figure des identitaires toulousains. Une décision à rebours de la "dédiabolisation" affichée par le parti, mais en cohérence avec les liens étroits qui existent entre le RN et les franges les plus radicales de l'extrême-droite.

Romain Carrière 2
Romain Carrière, en tee-shit et gants noirs, lors d’un stage sportif de Génération identitaire / © Capture écran du documentaire d’Al Jazeera, « Génération Hate »

Au lendemain des municipales, l'extrême-droite toulousaine n'a pas échappé au traditionnel jeu politique de chaises musicales post-électoral. Et les Identitaires s'y sont discrètement invités. Depuis le mois de septembre, Romain Carrière, 31 ans, figure importante de ce mouvement raciste (voir encadré ci-dessous), récemment dans le collimateur du gouvernement, est l'un des nouveaux collaborateurs du groupe Rassemblement national (RN, ex-FN) au conseil régional d'Occitanie. Il y remplace Romain Lopez, élu maire de Moissac, dans le Tarn-et-Garonne. L'ancien collaborateur de groupe a, quant à lui, recruté le conseiller régional Quentin Lamotte, candidat déçu aux municipales toulousaines, comme directeur de cabinet.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Emmanuel Riondé