Le service de médecine interne de l’hôpital Joseph-Ducuing ne fonctionne plus

Le service de médecine interne de l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse a discrètement fermé ses portes vendredi 17 décembre. Le résultat d’une politique managériale agressive de la direction, en totale contradiction avec l’esprit social dont se prévaut le lieu depuis sa création.

Hopital joseph Ducuing toulouse
L’hôpital Joseph-Ducuing à Toulouse. Photo : Gael Cérez.

C’est la goutte de brutalité managériale qui pourrait faire déborder le vase de colère médicale. Depuis le vendredi 17 décembre, le service de médecine interne et polyvalente de l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse ne fonctionne plus : en pleine cinquième vague de Covid, ce service a fermé ses portes. Disposant de 36 lits, gérés par quatre médecins internistes, trois internes et quatre médecins spécialisés (deux diabétologues, un cancérologue, un addictologue), il était réputé de longue date pour la qualité de son travail et sa polyvalence, le tout en secteur 1, c’est-à-dire sans dépassement d’honoraires.

Cette fermeture - qui s’est faite dans la discrétion, aucun média local n’ayant relayé l’information – n’est même pas une énième histoire de service hospitalier sacrifié sur l’autel de la rentabilité. En 2020, un rapport de la chambre régionale des comptes indiquait que le secteur médecine de Joseph-Ducuing était le seul de l’hôpital à « dégager un excédent » (d’environ un million d’euros en 2018) quand les trois autres secteurs (urgences, gynéco-obstétrique et chirurgie) étaient déficitaires.

Elle est la conséquence des départs successifs, depuis cet été, de quatre médecins : l’ancien chef de service, deux autres internistes et une cancérologue. Le premier d’entre eux, Francis Gaches, interniste de 60 ans, travaillait depuis 1996 dans cet hôpital privé à but non lucratif (anciennement nommé « Varsovie », du nom de la rue où il se trouve) créé en 1944 par des résistants républicains espagnols.

« J’ai subi un management très agressif de la direction »

« Je suis un militant de la médecine humaine, humanitaire, sociale, je m’inscrivais complètement dans cette histoire », témoigne-t-il. Après avoir relancé et consolidé le service de médecine interne en y développant la prise en charge de certaines maladies rares, tout en maintenant son caractère social (accueil de sans-papiers, toxicomanes, malades du sida, etc.), il a quitté Joseph-Ducuing le 28 septembre 2021, licencié après avoir été déclar . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par No guest author exists with the given ID (97954).