Mal‐aimée à Toulouse, la Case de Santé pourrait essaimer ailleurs en France

La Case de Santé d'Arnaud Bernard est au cœur d'un dispositif expérimental visant à généraliser en France ce genre de centre de santé communautaire. La reconnaissance nationale de ce modèle pionnier tranche avec la méfiance dont les autorités locales font preuve à son égard.

2023-fevrier-anniversaire-16-ans-case-de-sante-toulouse
La Case de Santé a fêté ses 16 ans en 2022 dans le quartier Arnaud-Bernard à Toulouse. / Crédit photo Case de Santé

Le salut du système de soins français viendra‐t‐il de la Case de Santé d’Arnaud Bernard ? L’hypothèse paraît osée au regard de la modestie de cette structure installée au cœur du vieux quartier populaire toulousain depuis seize ans et demi. Cela pourrait pourtant être le cas.

Dans la foulée de la crise du Covid, qui a mis en lumière le manque de moyens et de personnel du système de santé français, le gouvernement a réuni les acteurs du secteur entre mai et juillet 2020. Ce Ségur de la santé a accouché d’un plan d’actions de 33 mesures. Parmi elles, la mesure 27 propose « de créer 60 centres de santé participatifs » pour lutter « contre les inégalités de santé ». 

Ces structures devront offrir une réponse « adaptée aux populations des territoires défavorisés », tout en les faisant « participer au projet du centre » et en ayant « recours à des services de médiation sanitaire et d’interprétariat ». C’est, résumé en quelques mots, exactement ce que fait la Case de Santé d’Arnaud Bernard, au cœur de Toulouse depuis sa mise en place à l’été 2006.

https://www.mediacites.fr/enquete/toulouse/2018/06/04/en-images-plongee-a-arnaud-bernard-bouillonnnant-quartier-populaire/

Forte de ce statut de pionnière à l’échelle nationale, la Case de Santé a été contactée par la Délégation interministérielle à la prévention et à la lutte contre la pauvreté (DIPLP) pour « participer à l’élaboration d’un cahier des charges », rapporte Jérôme Host, l’un des fondateurs de « la Case ». Cinq autres centres de santé communautaires – implantés à Échirolles, Saint‐Denis, Marseille, Vaulx‐en‐Velin et Strasbourg – ont aussi contribué à ce cahier des charges gouvernemental. Des structures qui se sont, pour la plupart, inspirées de l’expérience toulousaine.
Une expérimentation avant la généralisation
Ces six centres participent depuis le mois d’août 2021 à une expérimentation pour « tester le modèle économique des centres et maisons de santé participatifs ». Vingt autres structures les ont rejoints le 1er mars 2022. Le projet, doté de 30 millions d’euros, doit durer jusqu’à la fin …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Favorite

Par Emmanuel Riondé