Ce que révèlent dix années de subventions municipales à Toulouse

Mediacités a analysé l'ensemble des subventions attribuées par la mairie de Toulouse entre 2012 et 2021. Un travail inédit et colossal qui démontre la concentration de cette vaste manne d'argent public entre les mains d'un petit nombre d'heureux bénéficiaires.

illustration-subvention-toulouse-mairie-2012-2021

Dis‐moi ce que tu subventionnes et je te dirai qui tu es. Bon an mal an, la mairie de Toulouse distribue entre 40 et 50 millions d’euros à un millier de structures. Ici 500 euros pour un centre culturel d’Espéranto, là plus d’un million d’euros pour une association gravitant autour du Stade toulousain… À chaque fois, l’enjeu est énorme pour les bénéficiaires, stratégique pour la collectivité… et particulièrement opaque pour les contribuables. 

Combien de subventions la mairie de Toulouse verse‐t‐elle chaque année ? Quels secteurs sont les plus subventionnés ? La générosité municipale évolue‐t‐elle d’année en année ? Les réponses à ces questions devraient être faciles à obtenir pour un habitant de la commune. C’est loin d’être le cas. 

Les sommes votées par le conseil municipal sont consultables dans les délibérations et les comptes administratifs mis en ligne par la collectivité. Mais la transparence n’est pas synonyme d’accessibilité. Aucun effort de présentation n’est réalisé. Aucun bilan ne permet d’avoir une vue d’ensemble. Et aucune explication ne motive la décision de subventionner ou de couper le robinet.

Pour y voir plus clair, Mediacités a compilé l’ensemble des subventions versées entre 2012 et 2021. Un exercice fastidieux qui aboutira à la publication de plusieurs enquêtes dans les prochaines semaines (voir l’encadré En coulisses ci‐après). Dans ce premier opus, nous nous concentrons sur les grands enseignements que nous avons pu tirer de cette plongée inédite.
Priorité à l’enfance et la jeunesse
Quatre secteurs se sont taillé la part du lion durant la décennie d’exercices budgétaires que nous avons analysée. Sur …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Favorite

Par Gael Cérez, Leopold Salzenstein et Guilhem Dorandeu