« Le vélo est devenu le mode de transport des riches »

Consultant expert chez Inddigo, Nicolas Mercat travaille depuis vingt ans sur les mobilités à vélo avec les collectivités. Il livre son regard, parfois surprenant, sur les politiques vélo menées à Nantes, en France et en Europe.

Nicolas Mercat
Nicolas Mercat, spécialiste des politiques cyclistes / Photo: Corentin Boison

Nantes Métropole, affiche des ambitions politique et financière pour le vélo mais sa part modale reste très faible, est-ce un cas unique ?

Nicolas Mercat :  L’affichage est réel, à Nantes, comme dans beaucoup de grandes villes. On n’en trouve quasiment plus qui disent "le vélo ça ne m’intéresse pas". Elles sont convaincues qu’il faut augmenter la part modale du vélo. Mais ce qui est vrai dans les discours l'est souvent beaucoup moins dans les budgets. Au début des années 2000, l’investissement par habitant tournait, en moyenne, autour de 5-6 euros par an. Aujourd’hui il se situe plutôt autour de 8-9 euros. Sur ce critère, Nantes est plutôt bonne élève, avec un budget de l’ordre de 16 euros par an et par habitant. Soit l’équivalent de ce que dépense Grenoble (15 euros), mais moins que Bordeaux et ses 22 euros. Notons cependant qu’aux Pays-Bas, où la pratique est déjà très forte, les villes consacrent au vélo entre 20 et 25 euros par an et par habitant. Pour comparer, un budget de transports en communs “médiocre”, c’est à peu près 250 euros par an et par habitant. Donc, on dit "le vélo c’est important" mais dans le meilleur des cas il ne représente qu’un dixième de ce que l’on investit dans les transports en communs. Pourtant, je suis persuadé que c’est en période de tension budgétaire sur les collectivités qu’il faut investir dans le vélo. Qu’on soit dans les petites ou les grosses agglomérations, en centre-ville ou en banlieue, 40 % des d . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Propos recueillis par Thibault Dumas