L'excellente revue nantaise Place Publique consacre le dossier de son dernier numéro à la question de la pauvreté en Loire-Atlantique et dans l'agglomération de Nantes. « Qui sont les pauvres ? Où vivent les pauvres ? », s'interroge la revue en couverture. Nous avions évoqué une partie des réponses statistiques à ces questions dans L’œil de Mediacités Nantes du 4 avril dernier : les 139 000 personnes vivant sous le seuil de pauvreté dans le département, leur concentration dans quelques zones précises comme - entre autres - les villes de Nantes et Saint-Nazaire. Mais une autre question sous-tend l'ensemble du travail de Place Publique : « la pauvreté ne peut-elle se résumer qu'à des chiffres, des statistiques, des données, des pourcentages appliqués à un revenu médian ? » Évidemment non. Pour illustrer cette question, elle a fait appel au sociologue Nicolas Duvoux, professeur à l'Université Paris 8, qui tente d'enrichir cette approche purement statistique en travaillant, avec un autre chercheur, à une définition d'un « sentiment de pauvreté ». Une notion complexe mais passionnante dont il donne les clés dans un entretien dont nous reproduisons des extraits. 

Place publique : Il semble bien compliqué de s’accorder sur une définition de la pauvreté et de ce qu’elle recouvre. Pourquoi ?
Nicolas Duvoux
Nicolas Duvoux
Nicolas Duvoux est sociologue. Professeur à l'université Paris 8, il est membre du CRESPPA-LabTop (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris - Laboratoire théories du politique. Ses recherches portent notamment sur la pauvreté, les inégalités, les politiques de lutte contre la pauvreté et la philanthropie. Il a récemment publié avec Cédric Lomba,

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !