« Si on ne fait rien, on risque de ne plus avoir de petits Occitans en 2040 ! »

André Cicolella est le toxicologue et chercheur en santé environnementale à l'origine de l’interdiction du Bisphénol A, dangereuse substance chimique de synthèse. Il cherche désormais à alerter l'opinion sur la baisse de la fertilité dans la région.

Rassemblement avec l association francaise des malades de la thyroide (AFMT)
Andre Cicolella, le 8 Septembre 2017, lors d’un rassemblement avec l association francaise des malades de la thyroide (AFMT) (©Vincent Isore/IP3/MAXPPP)

Vous organisez le 4 juin à L’Union, en banlieue nord de Toulouse, un colloque scientifique sur l'infertilité.Son titre, particulièrement accrocheur (« Y aura-t-il encore des petits Occitans en 2040 ? »), résonne comme un cri d’alarme. La situation est-elle grave à ce point ?               

Selon une étude de Santé Publique France dirigée par Joëlle Le Moal, datée de 2014, une diminution globale de la concentration des spermatozoïdes et leur morphologie a été observée entre 1989 et 2005 chez 26 609 hommes. C’est le plus grand échantillon jamais utilisé pour étudier les tendances de la qualité du sperme. Que nous dit cette étude ? Que la concentration de spermatozoïdes a diminué dans presque toutes les régions de France. Plus encore en Aquitaine et en Midi-Pyrénées, les deux régions les plus touchées. Cette étude est sortie il y a quatre ans. Elle constitue un sérieux avertissement en matière de santé publique. Pourtant, on n’a pas vu de mobilisation pour comprendre . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Propos recueillis par Eric Dourel