C'est un rêve d'urbaniste qui tourne peu à peu au cauchemar. En 2008, Martine Aubry, présidente de la communauté urbaine de Lille, annonce la création d'un "ensemble urbain à taille humaine" sur 140 hectares, entre Lomme et Capinghem. Cette "ville harmonieuse" devra incarner des valeurs de "mixité", de "citoyenneté", de "convivialité" et de "solidarité".
Enthousiaste, la présidente de la Catho, Thérèse Lebrun, imagine un quartier dédié à l'accueil des personnes handicapées et dépendantes, joliment baptisé Humanicité. Un "mail urbain" doit le relier au "cœur de ville" de Capinghem. Une . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.