Depuis les couloirs de la mairie, on entendrait presque ses clapotis. Et pour cause, la piscine de Tourcoing-les-Bains est située juste derrière l’hôtel de ville. Mais depuis quelques semaines, c’est plutôt pour des raisons financières qu’elle fait des remous.
La Chambre régionale des comptes vient de rendre public son rapport sur la gestion et les finances de la ville entre 2016 et 2020. Elle y consacre un chapitre entier au centre aquatique, le plus grand de ce type au nord de Paris.

Les magistrats financiers recommandent à la municipalité de « renforcer le contrôle et la transparence sur la délégation de service public » portant sur Tourcoing-les-Bains. Comme un tiers des bassins appartenant à des collectivités en France, celui de Tourcoing a été concédé à une entreprise, en l’occurrence la société Espacéo, propriété du géant de la construction Spie Batignolles.

Près de deux millions d’euros de déficit cumulé

La Chambre régionale des comptes souligne d’abord le déficit cumulé de la piscine depuis son ouverture, en 2008 : 1,95 million d’euros. « Son résultat comptable n’a été à l’équilibre qu’en 2019 », indiquent les magistrats, qui relèvent un écart important entre les prévisions financières de la société et le chiffre d’affaires réalisé. Spie Batignolles avait tablé sur une fréquentation de 400 000 à 500 000 visiteurs par an. Or, selon la juridiction financière, ce sont plutôt « autour de 300 000 » nageurs qui se rendent chaque année dans l’unique piscine de la ville.

2021-12-comptes-troucoing-les-bains-chambre-regionale-des-comptes
La Chambre régionale des comptes fait état d'un décalage d'1,2 million d'euros entre le prévisionnel d'Espacéo et ses recettes effectives pour l'exploitation de Tourcoing-les-Bains.

Augmenter les tarifs pour améliorer la rentabilité des bassins ? La société Espacéo le suggère depuis six années consécutives, mais la mairie a toujours refusé — y compris lors du conseil municipal d’octobre dernier. « Même réévaluées, les recettes supplémentaires générées resteraient limitées », note la Chambre régionale des comptes, qui les estime à 160 000 euros. Il faut dire qu’avec un ticket d’entrée pour les Tourquennois à 3,15€ pour les moins de 12 ans et 4,10€ au-dessus de 13 ans, Tourcoing-les-Bains n’est pas vraiment bon marché.

Des « frais de siège » injustifiés

Pour les magistrats financiers, la ville de Tourcoing pourrait surtout économiser sur une autre ligne budgétaire, intitulée « frais de siège de la maison mère ». En 2019, la ville a payé 440 000 euros à Espacéo pour d’obscurs « services communs de la société », qui reviennent à Spie Batignolles. « La commune est en droit de demander à son délégataire des précisions sur leur détail et leurs modalités de calcul », remarque la Chambre régionale des comptes.

Mediacités avait déjà mis le doigt sur l’astuce consistant pour les entreprises délégataires de service public à facturer des « frais de siège » aux collectivités : dans le Grand Lyon, Veolia demandait 2,5 millions d’euros annuels pour la gestion de l’eau — qui va finalement repasser sous l’égide d’une régie publique en 2023.

Dernier objet de courroux de la Chambre régionale des comptes des Hauts-de-France : l’opacité des subventions attribuées par la ville à Espacéo. En effet, même si le conseil municipal se prononce chaque année sur les tarifs de la piscine, « la chambre relève que [l]es subventions ne sont mentionnées nulle part dans les annexes des comptes administratifs », approuvés chaque année par les élus tourquennois. Une absence qui interroge d’autant plus les magistrats financiers que les subventions représentent 63 % des revenus d’Espacéo pour l’exploitation de Tourcoing-les-Bains.

Pressée de réagir, la maire de Tourcoing a informé la Chambre régionale des comptes de « sa volonté d’améliorer le pilotage de cette concession ». Dont acte : le conseil municipal qui s’est tenu samedi 11 décembre a entériné la cession de 100 % des parts détenues par Espacéo à l’association UCPA, qui exploite en France une trentaine de piscines en délégation de service public. Derrière les fenêtres de l’hôtel de ville, il y a fort à parier que le nouveau gestionnaire des bassins sera surveillé de près.

Le rapport de la Chambre régionale des comptes s’est penché plus largement sur la gestion financière de Tourcoing. Les contrôleurs des finances des collectivités décrivent une « situation financière [qui] se tend à nouveau, depuis 2019, avec pour conséquence une baisse de la capacité d’autofinancement brute et une augmentation de la dette ». Avant d’avoir eu connaissance de l’inspection de la Chambre régionale des comptes, Mediacités s’était justement penché sur les finances de Tourcoing, en septembre dernier. Avec une conclusion similaire : « Les budgets 2019 et 2020 ont été rendus publics et ils montrent une nette dégradation de la situation. Effet Covid ? Sûrement pas. [...] Il y a eu, plus probablement, un effet élection : les dépenses s’envolent souvent les dernières années de mandat. »

 

 

https://www.mediacites.fr/decryptage/lille/2021/10/11/budget-tourcoing-frole-la-sortie-de-route/