Dans les Hauts-de-France, la crise sanitaire a profité aux entreprises privées chargées de services publics

En marge de son rapport annuel, la Cour de comptes s’est penchée sur l’impact de la crise sanitaire sur les délégations au privé de services publics dans la région. En étudiant 66 contrats, elle a noté que les bénéfices des entreprises ont moins souffert… que les services rendus aux usagers.

Irisbus_Lille
Autobus articulé à la porte de Douai sur le réseau Transpole de Lille. Photo: CC/Billy69150

Des lignes de bus aux piscines en passant par les salles de spectacle, de très nombreux services publics sont délégués au privé en France pour un montant total de 130 milliards d’euros - soit 6 % de l’économie française. La Cour des comptes a voulu connaître l’impact de la crise du Covid-19 sur ces services dans les Hauts-de-France, en épluchant 66 contrats de plusieurs communautés de communes et des villes de Calais et Tourcoing. Sans surprise, la plupart des services délégués ont vu leur fréquentation chuter : de 40 à 80 % pour les palais des congrès, 60 % pour les piscines, 30 % pour les transports. Mais les délégataires ont pu compenser. Largement...

D’abord, comme toutes les entreprises, ils ont bénéficié des aides de l’État et de la sécurité sociale. Mais les collectivités locales sont également venues à leur secours, par différents moyens. La plupart les ont exonéré de redevances, ont suspendu les pénalités ou prolongé les contrats. Souvent, « les délégants se sont hâtés de répondre favorablement aux demandes des délégataires, sur la base de demandes incomplètes qui n’évoquaient que les seules pertes de chiffre d’affaires, sans référence aux aides reçues par ailleurs de l’État et, parfois, d’autres collectivités », souligne la Cour des comptes.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Pierre Januel