Les salariés d'April à Malte sont formidables : ils font entrer chacun plusieurs millions d'euros de recettes dans les caisses de leur employeur ! Le mastodonte lyonnais spécialisé dans les services en assurance a réalisé un chiffre d'affaires de 861,2 millions d’euros en 2016. Les documents Malta Files, auxquels Mediacités a eu accès via l’European Investigative Collaborations (EIC) et Mediapart, nous apportent un éclairage glaçant sur les pratiques du groupe dans le paradis fiscal maltais. Dans la petite île méditerranéenne située au sud de la Sicile, April possède plusieurs sociétés, incroyablement rentables et pourtant très peu pourvues en salariés. Ces structures maltaises, dont la substance réelle est très faible, permettent au groupe de pratiquer de l'optimisation fiscale à grande échelle. D'après nos calculs, le tropisme maltais d'April a permis au groupe lyonnais d'engranger plus de 28 millions d'euros de remboursement d'impôts.

Un tour d'horizon des sociétés maltaises permet de mieux comprendre le système mis en place par le groupe lyonnais. Le 7 décembre 2007, la holding April Mediterranean Limited voit le jour à Malte. C'est la tête de la structure maltaise d'April, comprenant plusieurs sociétés. La première, Axeria Re Limited, société de réassurance au capital de 30 millions d'euros et filiale d'April Mediterranean Limited, est créée le 28 décembre 2007. Selon ses comptes officiels, en 2015, Axeria Re Limited a encaissé 18,7 millions d'euros de recettes, réalisant 13 millions d'euros de profits. Jetons maintenant un œil sur sa masse salariale. Elle est incroyablement faible, comparée aux sommes brassées . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 76% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.