La rentrée de Waldermar Kita peut (poliment) être qualifiée de pénible. Le propriétaire du Football Club de Nantes voit son équipe première végéter à la 19e place de la Ligue 1, avec un total de points identique à celui qui avait conduit à la relégation traumatisante de la saison 2006-2007. Décidé à se séparer de l’entraîneur portugais Miguel Cardoso, trois mois à peine après son arrivée à la Jonelière, le voilà contraint à se rabattre sur une vielle gloire-maison, le Franco-Bosnien Vahid Halilhodžić. Un quinzième technicien en 11 ans de présidence pour une durée de vie moyenne sur le banc canari de huit mois (291 jours pour être précis).

Co-porté avec le groupe Réalités, son projet contesté de YelloPark patine, lui-aussi, avec le report du vote de la vente des terrains par Nantes Métropole d’octobre à décembre. Waldemar Kita, n’a pourtant pas ménagé sa peine, en faisant pression sur les élus métropolitains, Johanna Rolland, en tête : « Si on ne le fait pas maintenant, on ne le fera jamais, déclarait-il à Ouest-France le 5 septembre dernier. Il ne faut pas reculer dans ce projet… Pour nous, concernant le stade, tout est ficelé. »
Retour sur investissement
 
!function(e,t,n,s){var i="InfogramEmbeds",o=e.getElementsByTagName(t)[0],d=/^http:/.test(e.location)?"http:":"https:";if(/^/{2}/.test(s)&&(s=d+s . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 63% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.