«Je ne répondrai pas à vos questions. Le linge sale, on le lave en famille ! » Le ton est donné. Ancien coordinateur régional d’En Marche, conseiller municipal d’Orvault et désormais conseiller politique du groupe de la majorité à l’Assemblée Nationale, Hugo Oillic refuse de répondre à Mediacités. Le mouvement fondé par Emmanuel Macron a beau professer la transparence et se dire en rupture avec les vieilles habitudes politiciennes, certains se referment comme une huître dès que l’on tente de comprendre un peu mieux sa cuisine interne. Comme dans n’importe quel « vieux parti »… Pourtant, quoi de plus légitime que de s’intéresser à la formation dont sont désormais issus neuf députés de Loire-Atlantique sur dix, et dont le nombre d’adhérents (9000) dépasse très largement celui du PS ou des Républicains dans le département ? Quoi de plus normal que de vouloir comprendre pourquoi elle a vu en moins de six mois quatre "référents" (le responsable à l’échelle du département, dans le langage « marchien ») se succéder à sa tête, un record en France.
L'épineuse succession de Valérie Oppelt
A défaut d’obtenir des réponses de certains des principaux intéressés, reprenons l’histoire depuis le début pour essayer de comprendre le pourquoi de cette valse des premiers de cordée. Tout commence à l’été 2016. Quatre mois après le lancement d’En Marche à Amiens par Emmanuel Macron, un petit groupe de Nantais issu du monde de l’entreprise se forme. A sa tête: Valérie Oppelt de Kerever, 42 ans, ancienne cadre supérieure dans une PME. Celle-ci ne compte pas son temps pour l’organisation de réunions d’appartement et d’ateliers de réflexion pour En Marche. Nommée référente en septembre 2016 par les instances nationales, elle structure le mouvement, coordonne les 30 premiers comités locaux et parvient en trois mois, à fédérer près de 2500 personnes autour du projet d’Emmanuel Macron.

Parallèlement, la leader d’En Marche 44 poursuit un vieux . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.