Année après année, magazine après magazine, tous les classements, tous les tops 10, 30 ou 50, tous les palmarès le disent : Nantes est une « ville où il fait bon » (rayer les mentions inutiles) entreprendre, travailler, créer, monter sa start-up. On y trouve un "écosystème" favorable ; une myriade d'incubateurs, accélérateurs, pépinières et autres couveuses ; l'incontournable label "French Tech" ; une mairie et des acteurs (toujours un peu les mêmes) bienveillants ; un « climat » et un état d'esprit favorisant la créativité et l'épanouissement... Bref, un endroit de rêve pour les acteurs de cette fameuse "économie numérique" censée nous changer la vie. Rien de tout ça n'est faux. Mais concrètement, qu'est ce que cela signifie ? Pour le savoir, Mediacités a voulu aller au-delà du "storytelling", voir concrètement comment fonctionne ce petit univers au vocabulaire souvent ésotérique, rencontrer ses fameux acteurs. Pendant trois semaines, nous vous proposons une plongée au cœur de la "Start-Up Nation" à la mode nantaise. Aujourd'hui, premier volet, avec ceux qui veulent se lancer et ceux qui les accompagnent.
   
Episode 1 : #wannabeastartupper

Un samedi matin de novembre sur l’île de Nantes. Il est 10 heures à la Cantine numérique et les participants au Start-Up Week-end 2018 démarrent leur journée en apprenant à « pitcher » (présenter leur projet, comme on dit dans l’ancien monde).                 

- « D’abord, vous présentez le problème que vous allez résoudre. Vous mettez des KPI. Qui ignore encore ce que sont les KPI ? »
- Key Performance Indicators, des indicateurs clés de performance.
- Voilà, des chiffres. On veut que vous prouviez ce que vous dites. Vous cherchez sur Internet. Ensuite, le business model, le market size : qui est la cible, quel est le pourcentage annuel de croissance prévu. Vous présentez la concurrence, mais attention, soyez différenciant, inspirez-vous de Steve Jobs. »

Le concept du Start-up Week-end est le même depuis 2011 : « Découvrir le monde de l’entreprenariat en accéléré ». Cette année, l’incendie de ses locaux a obligé la Cantine, l . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !