Gérard Collomb, l’ancien maire de Lyon emblématique d’une époque, est mort

Âgé de 76 ans, l’ex-maire de Lyon et ancien président de la Métropole est décédé des suites d’un cancer ce samedi 25 novembre. Elu d’une longévité hors normes, devenu ministre tardivement, il aura transformé la ville à laquelle il a voué toute sa vie, sans parvenir à réussir sa sortie politique.

Collomb annonce ses têtes de liste à Lyon le 21 décembre 2019
En septembre 2022, Gérard Collomb (ici photographié en 2019) avait annoncé souffrir d'un cancer de l'estomac. Photo : MaxPPP.

« On revient dans six ans et on reprend tout », badinait Gérard Collomb, le 28 juin 2020, jour du second tour des élections municipales, alors que les écologistes étaient en passe de lui ravir l’hôtel de ville. La maladie en aura décidé autrement. L’emblématique ancien maire de Lyon est décédé, ce samedi 25 novembre, des suites d’un cancer de l’estomac à l’âge de 76 ans.

A la tête de Lyon pendant dix‐huit ans (de 2001 à 2017 puis de 2018 à 2020), président du Grand Lyon pendant seize ans (de 2001 à 2017), ce professeur agrégé de lettres classiques a voué sa vie à la politique mais avant tout à sa ville. Il l’a profondément et durablement transformée : des berges du Rhône aux tours de la Part‐Dieu, de la création de la Métropole aux vélos en libre‐service Vélo’v. « Il aura marqué à jamais l’histoire de Lyon », a réagi son successeur Grégory Doucet à l’annonce de sa disparition.

Ce succès local fut longtemps ignoré voire snobé sur la scène nationale. Socialiste, proche un temps de Pierre Mauroy, Gérard Collomb échoua à devenir ministre après l’élection, en 2012, de François Hollande à l’Élysée. Premier des soutiens d’Emmanuel Macron, le baron lyonnais, adepte de « la théorie du ruissellement », prit sa revanche un quinquennat plus tard en devenant ministre de l’Intérieur. Trop tard ? Pas à la bonne place ? L’expérience tourna court : il démissionna de la place Beauvau avec perte et fracas un an et quatre mois après sa nomination pour retrouver son écharpe de maire de Lyon et préparer les élections municipales et m …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Favorite

Par Nicolas Barriquand