Migrants à Calais : « Pour les passeurs, c’est plus facile et plus rentable que les narcotrafics »

Le journaliste Julien Goudichaud livre un récit saisissant de ces exilés qui ont pour seule obsession de rallier l’Angleterre. Et décrit avec une précision inédite les détails du juteux business des passeurs. 

Migrants_mineurs
Jeunes réfugiés éthiopiens à Calais en juillet 2017. Photo : Julien Pitinome

Les migrants qui tentent coûte que coûte de rejoindre l’Angleterre, ce drame humain dure depuis plus de vingt ans à Calais et sur la Côte d’Opale. En 2022, plus de 45 000 exilés ont risqué la traversée de la Manche, 31 d’entre eux sont décédés. Depuis 2018 et les premiers passages par la mer, le nombre de tentatives n’a cessé d’augmenter (on dénombrait un peu moins de 30 000 traversées en 2021). Le business des passeurs est désormais très bien rodé.

Dans « Les plages de l’embarquement » (Editions Les Arènes), résultat d’une enquête en immersion de sept ans, le journaliste Julien Goudichaud évoque une mafia aux méthodes très sophistiquées. Au cours de l’entretien qu’il a accordé à Mediacités, ce journaliste de 37 ans – qui collabore notamment avec France 2, Arte et la BBC – raconte aussi toute l’inventivité déployée par les migrants pour rejoindre l’Angleterre et se confie sur les coulisses de cette enquête hors normes qui l’a mené, lui aussi, à embarquer à bord d’un bateau de fortune en direction de Douvres.

Dans votre livre, vous détaillez les différentes techniques utilisées par les migrants pour tenter de rallier l’Angleterre. L’une d’elle est particulièrement dangereuse : s’accrocher sur un train en marche alors qu’il décélère avant de s’engager dans le tunnel sous la Manche… 

En arrivant à Calais, je pensais innocemment que les migrants montaient dans des camions à l’arrêt sur des parkings. Alors, quand j’ai découvert ça, j’ai halluciné. Il faut ajouter qu’avant de pouvoir accéder à ce train en marche, ils doivent franchir plusieurs lignes de grillages et de barbelés, des barrières de près de quatre mètres de haut. Une fois au bord des rails, les migrants ciblent les trains de marchandises dans lesquels il y a des camions. Ils courent et tentent de s’accrocher… Mais il arrive souvent que le train les percute, qu’ils tombent et se blessent parfois très sévèrement. À l …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Temps de lecture : 7 minutes

Favorite

Par Matthieu Slisse