"Où est l’aventure ? », a ironisé, presque déçu, l’un d’eux. Le vendredi 12 mars dernier, quelques dizaines de professionnels de la culture, artistes et techniciens, s’invitent au Théâtre national populaire (TNP) de Villeurbanne. Le directeur Jean Bellorini leur réserve un accueil bienveillant. « On est entré en trois minutes », raconte Elodie, intermittente du spectacle. Après le théâtre Graslin à Nantes ou celui de l’Odéon à Paris, c’est au tour d’un haut lieu culturel de l’agglomération lyonnaise d’être occupé. Pour obtenir la réouverture des salles mais pas uniquement. « Pour retrouver un peu de joie, d’espoir, de volonté de résister », proclament des tracts.

Dès le lendemain de « la prise du TNP », le photographe Antoine Merlet s’invite au théâtre. Sur le parvis, sur scène, dans les loges ou les coulisses, il ne cesse depuis d’y traîner ses objectifs. Ses photos, que Mediacités publie ici, racontent un mouvement inédit qui mêle revendications sociales et envie de (re)faire la fête. Comme une oasis précaire dans cette interminable épidémie.

1. Portes ouvertes

« Le TNP est ouvert », proclame une banderole accrochée au balcon. Samedi 13 mars dans la matinée, pour les besoins du tournage d’un clip, les occupants se déploient sur la place Lazare-Goujon, entre le théâtre et l’hôtel de ville de Villeurbanne. La vidéo sera postée le lendemain sur Facebook. En voix off, sont énumérées les motivations des manifestants. Dès le départ, l’occupation se déroule aussi, en direct ou presque, sur les réseaux sociaux.

FRANCE – OCCUPATION OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE IN VILLEURBANNE

FRANCE – OCCUPATION OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE IN VILLEURBANNE

Les Célestins, l’opéra, le théâtre de la Croix-Rousse ou le TNG, à Vaise ? Le choix du lieu de l’occupation a fait débat au sein du Collectif unitaire 69, moteur du mouvement avec les syndicats CGT et SUD Solidaires. Pas très longtemps néanmoins. « Le TNP est un symbole de la culture pour tous », rappelle une intermittente. Un emblème même : en mai 68, c’est dans ces murs, à l’époque appelés « théâtre de la Cité », que fut élaborée « la Déclaration de Villeurbanne » appelant à une démocratisation de la culture.     

FRANCE – OCCUPATION OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE IN VILLEURBANNE

FRANCE – OCCUPATION OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE IN VILLEURBANNE

2. S'organiser

L’autre avantage du TNP ? Sa fameuse brasserie. Il n’est pas question de la carte des boissons, mais d’espace. La salle du restaurant permet d’organiser les premières assemblées générales (AG). On y débat de la suite du mouvement, des actions à entreprendre... « Egalement, de la manière de communiquer sur l’occupation, observe notre photographe Antoine Merlet. Cette question prend beaucoup de place dans les discussions. »

FRANCE – GENERAL ASSEMBLY OF THE OCCUPANTS OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNEFRANCE – GENERAL ASSEMBLY OF THE OCCUPANTS OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

La brasserie, parfois, ne suffit pas. Car la jauge de personnes autorisées simultanément dans le théâtre est fixée à cinquante. Très vite, l’AG quotidienne - à 14 heures les premiers jours, à 12h30 depuis lundi 22 mars - est délocalisée sur le parvis du TNP. Quelle que soit la température.

FRANCE – GENERAL ASSEMBLY OF THE OCCUPANTS OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

8-TNP

9-TNP

10-TNP

Les échanges se poursuivent sur la création de commissions. Elles sont baptisées « actions extérieures », « convergence des luttes », « communication », « sécurité sanitaire » ou encore « cuisine ». Dans l’assemblée, des Caladoises venues s’imprégner de l’occupation du TNP avec l’ambition de la reproduire au théâtre de Villefranche-sur-Saône.

FRANCE – GENERAL ASSEMBLY OF THE OCCUPANTS OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

FRANCE – GENERAL ASSEMBLY OF THE OCCUPANTS OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

FRANCE – GENERAL ASSEMBLY OF THE OCCUPANTS OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

Lundi 15 mars, l’Opéra de Lyon sera à son tour occupé, à l’initiative d’étudiants de l’Ensatt (École nationale supérieure des arts et techniques de théâtre) présents auparavant au TNP. En plein cœur de Lyon, cette deuxième occupation bénéficie d’une plus grande visibilité. Dans les rangs du théâtre de Villeurbanne, certains redoutent qu’elle soit synonyme de dispersion de forces et d’énergie.

3. Revendications

« Sortir des revendications sectorielles », résume John, contrebassiste et membre du Collectif unitaire 69. Le mouvement défend un certain nombre de mesures pour les intermittents (prolongation de l’année blanche, diminution du nombre d’heures nécessaires à l’obtention du statut...) mais ne veut pas s’y résumer. Pêle-mêle, les occupants réclament l’abandon de la réforme de l’assurance chômage, l’instauration d’un RSA pour les 18-25 ans et des aides massives pour lutter contre la précarité étudiante.

14-TNP 15-TNP

« Des curieux viennent régulièrement nous rendre visite, discuter, voir ce qu’est un lieu de résistance », poursuit John. Le musicien dit retrouver dans l’occupation l’ambiance vécue quelques années auparavant avec le mouvement Nuit debout.

4. Platines au balcon

Et le TNP monte le son… Samedi 13 mars, dans l’après-midi, des platines sont installées sur le balcon du théâtre pour un DJ set d’une heure. « Un concert militant, dans une ambiance de teuf, raconte notre photographe Antoine Merlet. Dans le public, j’ai photographié des gens hyper contents d’être là. »

FRANCE – WILD CONCERT IN FRONT OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE DE VILLEURBANNE

FRANCE – WILD CONCERT IN FRONT OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE DE VILLEURBANNE

FRANCE – WILD CONCERT IN FRONT OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE DE VILLEURBANNE

FRANCE – WILD CONCERT IN FRONT OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE DE VILLEURBANNE

FRANCE – WILD CONCERT IN FRONT OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE DE VILLEURBANNE

FRANCE – WILD CONCERT IN FRONT OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE DE VILLEURBANNE

5. La nuit tombée

Une fois passée l’heure du couvre-feu, une dizaine de manifestants restent chaque soir au sein du TNP. Les débats, parfois passionnés, se poursuivent jusqu’au milieu de la nuit. Encore une fois, c’est à la brasserie que cela se passe.

FRANCE – NIGHT OF OCCUPATION AT THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

FRANCE – NIGHT OF OCCUPATION AT THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

FRANCE – NIGHT OF OCCUPATION AT THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

FRANCE – NIGHT OF OCCUPATION AT THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

Ce soir-là, un groupe de comédiennes étudiantes planchent sur la rédaction d’un texte qui aborde la place des femmes. Antoine Merlet les accompagne dans la grande salle du TNP. Elles montent sur scène et, pendant quelques instants, se mettent à jouer un texte de théâtre. « C’est comme si elles reprenaient vie », observe le photographe. Les vigiles, qui continuent de garder le bâtiment pendant l’occupation, ne tardent pas à interrompre la représentation nocturne pour leur rappeler qu’il n’est pas permis de passer la nuit là.

FRANCE – NIGHT OF OCCUPATION AT THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

FRANCE – NIGHT OF OCCUPATION AT THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

Oreillers et sacs de couchage sous le bras, les occupants se répartissent dans les loges des artistes. Moins bien loti, Lionel s’endort lui sur une banquette, derrière le bar de la brasserie, en compagnie d’un distributeur qui restera allumé toute la nuit.

FRANCE – NIGHT OF OCCUPATION AT THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

FRANCE – NIGHT OF OCCUPATION AT THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

FRANCE – NIGHT OF OCCUPATION AT THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

FRANCE – NIGHT OF OCCUPATION AT THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE OF VILLEURBANNE

6. Convergence

Ce samedi 20 mars, « la convergence des luttes » omniprésente dans les discours se matérialise. Des militants contre la loi « Sécurité globale », des gilets jaunes et des membres de collectifs contre les violences policières se sont donné rendez-vous au TNP de Villeurbanne. Dans une ambiance grave, les prises de parole s’enchaînent dont celle, poignante, de la mère d’un jeune homme mort à la prison de Corbas « dans des circonstances plus que douteuses », dit-elle.

32-TNP 33-TNP 34-TNP 35-TNP 36-TNP

Le lendemain, les occupants reçoivent la visite du député insoumis François Ruffin. Son comparse Gilles Perret est présent aussi. Le cinéaste est venu présenter son documentaire La Sociale (sur la naissance de la sécurité sociale), projeté dans la salle de la brasserie.

FRANCE – FRANCOIS RUFFIN AND GILLES PERRET AT THE TNP IN VILLEURBANNE

FRANCE – FRANCOIS RUFFIN AND GILLES PERRET AT THE TNP IN VILLEURBANNE

7. Cuivres et chorale

Le deuxième samedi d’occupation draine une foule familiale en mal de musique et de spectacle vivant.

39-TNP 40-TNP 41-TNP

Les chanteurs de « la chorale de l’occupation », qui répète depuis plusieurs jours dans le théâtre, se mêlent au public. Les cuivres d’une fanfare font danser la place Lazare-Goujon.

42-TNP 43-TNP 44-TNP 45-TNP

La fête se termine par la prise de parole d’une manifestante. De la foule monte une clameur en guise de réponse.

46-TNP 47-TNP

8. Rideau ?

Combien de temps durera l’occupation du TNP ? « On sera peut-être encore là le 30 juin », sourit le contrebassiste John. « La réouverture des lieux culturels ne sera pas suffisante si elle n’est pas accompagnée d’un réel dispositif pour aider le monde de la culture à redémarrer », prévient l’intermittente Elodie.

48-TNP 49-TNP 50-TNP

Ce vendredi 26 mars, l'occupation du TNP de Villeurbanne entrera dans sa troisième semaine.

FRANCE – OCCUPATION OF THE THEATRE NATIONAL POPULAIRE IN VILLEURBANNE

Pour se faire accepter, Antoine Merlet a dû gagner la confiance des occupants. Sa présence au TNP a fait l’objet d’une discussion lors d’une des premières assemblées générales et d’un vote. « J’ai dû expliquer qui j’étais, ce que je voulais faire, pour qui je travaillais », raconte le photographe indépendant, qui, outre pour Mediacités, couvre l’occupation du théâtre de Villeurbanne pour Le Monde.