"Où est l’aventure ? », a ironisé, presque déçu, l’un d’eux. Le vendredi 12 mars dernier, quelques dizaines de professionnels de la culture, artistes et techniciens, s’invitent au Théâtre national populaire (TNP) de Villeurbanne. Le directeur Jean Bellorini leur réserve un accueil bienveillant. « On est entré en trois minutes », raconte Elodie, intermittente du spectacle. Après le théâtre Graslin à Nantes ou celui de l’Odéon à Paris, c’est au tour d’un haut lieu culturel de l’agglomération lyonnaise d’être occupé. Pour obtenir la réouverture des salles mais pas uniquement. « Pour retrouver un peu de joie, d’espoir, de volonté de résister », proclament des tracts.

Dès le lendemain de « la prise du TNP », le photographe Antoine Merlet s’invite au théâtre. Sur le parvis, sur scène, dans les loges ou les coulisses, il ne cesse depuis d’y traîner ses objectifs. Ses photos, que Mediacités publie ici, racontent un mouvement inédit qui mêle revendications sociales et envie de (re)faire la fête. Comme une

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois