Présidentielle : dans l’Ouest, la démocratie chrétienne se rapproche du vote Macron

Dans son entreprise d’absorption de la droite française, le président a tenté de séduire l’électorat catholique modéré, très présent dans l’Ouest de la France. Ses mots, sa posture et son engagement européen ont plu, mais son bilan, notamment sur le plan sociétal, pourrait en rebuter certains. Illustration à Angers avec ce reportage de notre partenaire, Mediapart.

eglise_St_Joseph_Angers_Mediapart
L’église Saint-Joseph d’Angers, le dimanche 20 mars 2022. / Photo : Ilyes Ramdani – Mediapart

Sur le parvis de l’église Saint-Joseph, un pot de l’amitié vient ponctuer la messe dominicale. Comme tous les 19 mars, on y fête la Saint-Joseph. Au sein des petits groupes de fidèles qui se forment, on parle des enfants, du travail, du prêche qu’on vient d’entendre mais aussi de l’actualité. « C’est quand même effroyable, ce qui se passe », glisse au sujet de l’Ukraine un octogénaire qui n’a pas souhaité donner son nom. L’homme a fait la guerre d’Algérie, « alors, forcément, vous imaginez, beaucoup de choses remontent à la surface », souffle-t-il.

La campagne présidentielle n’est pas au centre des discussions mais le sujet arrive, tout doucement, dans les esprits. Le prêtre a d’ailleurs organisé une réunion, deux jours plus tard, pour évoquer la place du Christ dans l’élection qui arrive. Une manière « de nous aider à faire notre choix, sans rien nous imposer », glisse Carole, une bénévole.

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par La rédaction de Mediapart