Les infos à retenir :

  • La présidente sortante Carole Delga l'emporterait avec 57,8 % des suffrages exprimés au second tour des élections régionales en Occitanie. Selon les estimations Ipsos / Sopra Steria pour France Télévisions/Radio France/Public Sénat/LCP-AN, la socialiste devance Jean-Paul Garraud, le candidat RN (23,9 %) et Aurélien Pradié, tête de liste LR (18,3 %).
  • Le taux de participation pour les élections régionales est en baisse en Haute-Garonne. À midi, il atteint 14,83 % des électeurs inscrits, contre 15,97 % au premier tour.
  • L'absence de mobilisation pour le second tour tend à se confirmer. La participation atteint 31,98 % en Haute-Garonne et 31,62 en moyenne dans la région, à 17 h.

Le fil de la journée

« Ce résultat m'oblige et m'honore »

Devant le café Le Florida, sur la place du Capitole à Toulouse, une centaine de candidats, d'élus sortants, de militants et de sympathisants attendent les résultats. À 20 h tapantes, les sourires et quelques applaudissements confirment ce qui déjà se murmurait : la socialiste Carole Delga remporte le second tour des élections régionales avec 57,8 % des suffrages exprimés. « C'est le résultat d'un combat et d'une union de la gauche dès le premier tour, apprécie Pierre Lacaze, chef de file du PCF en Occitanie. Nous avons gagné et fait reculer le Rassemblement national. Nous sommes très contents du résultat, mais nous regrettons l'abstention. Carole Delga est la présidente la mieux élue de France. Nous remercions les électeurs qui se sont déplacés. »

Carole Delga Victoire 2
Bain de foule pour Carole Delga, victorieuse, avant son allocution sur la place du Capitole, à Toulouse. / © GC

Après une apparition et un salut victorieux depuis une fenêtre au-dessus du café, la socialiste s'est mêlée à ses partisans avant de prendre la parole. « Ce résultat est un choix clair, celui de la force, du rassemblement et de l’action, autour de valeurs positives et ambitieuses : le progrès, la justice sociale, la solidarité, l’écologie, l’innovation et la fraternité », énumère-t-elle

« Notre projet, très largement approuvé, est clair et cohérent, embraye-t-elle. Une région inclusive, utile, sûre, qui ne veut laisser personne sur le bord du chemin et surtout pas sa jeunesse. Une Région qui construit avec volontarisme un nouveau modèle de société qui allie emploi et écologie. Qui innove pour garantir sa souveraineté. Oui, la France doit retrouver sa souveraineté industrielle, sanitaire, énergétique et alimentaire. L’Occitanie y prendra toute sa part. Une région qui n’a pas peur de dire que l’éducation, la santé et la culture sont essentielles. Une région qui refuse la fatalité et le déterminisme social, qui gangrènent les fondements même de notre république. Une Région qui fait reculer l’extrême droite. »

Réélue par 22 % des électeurs inscrits (selon les scores estimés à 20 h), la présidente sortante ne peut que reconnaître « l’abstention massive lors de ce scrutin ». « Notre pays ne va pas bien. Il s’interroge sur son avenir, tandis que le venin de la division ne cesse de monter les Français, les uns contre les autres. Soyons francs entre nous. Ce n’est pas seulement en changeant les modalités de vote que nous retrouverons le chemin de l’unité et de l’espoir », estime-t-elle.

S'adressant « aux Français », Carole Delga appelle le monde politique à « retrouver dignité, courage et sincérité » pour « redonner un cap fort et résolu en parlant avec clarté, en rejetant la confusion, les reniements et l’extrémisme. » Pour l'élue socialiste, « la gauche doit prendre toutes ses responsabilités ». Une gauche « du réel, écologiste et citoyenne, qui ne transige pas avec les valeurs de la République et notamment de la laïcité. Qui se bat pour que chacun ait une place dans la société, quelles que soient son origine sociale ou territoriale, sa couleur de peau ou sa religion. Qui lutte contre toutes les discriminations et les communautarismes. Qui agit pour la sécurité. Qui croit en l’entreprise et en ses salariés. Et qui met en place un nouveau système agricole en respectant nos agriculteurs, car nous croyons au "consommé local" et au bio ».

Réaction d'Aurélien Pradié

Interrogé dans la soirée sur le plateau de Vià Occitanie, le candidat Les Républicains Aurélien Pradié a félicité le résultat de Carole Delga, car « des félicitations républicaines s’imposent ». Le député du Lot a tout de même rappelé le niveau « colossal » de l'abstention, affirmant que « Carole Delga sera réélue avec moins de voix qu’elle n’en a obtenu en 2015 ». De fait, elles en avait réuni 1 092 969 lors du précédent scrutin, et ne devrait vraisemblablement pas dépasser ce score. 

Malgré sa défaite, Aurélien Pradié se dit « heureux qu’il y ait enfin une opposition au conseil régional qui ne soit pas une caricature. Parce que je pense que ça a rendu service à Carole Delga d’avoir pendant six ans une opposition caricaturale du Rassemblement National. » Et de promettre : « Nous allons mener une bataille solide d’opposition pour que cette région puisse connaître l’alternance. Vous me voyez aujourd’hui, vous me verrez dans quelques années aussi avec mes amis ». Dans les faits, le groupe LR-UDI devrait ressortir amoindri de ce scrutin, même s'il égalera à présent un groupe RN amputé d'un tiers de ses sièges.

Combien de sièges pour la nouvelle majorité Delga ?

S'il est encore trop tôt pour avoir le décompte final des suffrages obtenus par les différents candidats, il est possible d'estimer le nombre de sièges que se répartiront les trois listes en lice au second tour en Occitanie. Voici la méthode de calcul. Accrochez-vous, c'est un peu technique.

Le conseil régional d'Occitanie compte 158 sièges. La prime au vainqueur en confère 25 % à la liste victorieuse, soit 39,5 places, arrondies à 40. Il reste donc 118 sièges à répartir. D'après les estimations, 1 608 005 électeurs ont voté ce dimanche. On divise ce nombre par le total des places disponibles, ce qui donne un quotient de 13 627. Les suffrages engrangés par chaque candidat doivent ensuite être divisés par ce chiffre. Vu leurs résultats estimés, Carole Delga, Jean-Paul Garraud et Aurélien Pradié auraient respectivement réuni 929 426 voix, 384 313 voix et 294 264 voix. Sans oublier la prime à la gagnante, le nombre de places pour chacune des listes devrait s'établir ainsi : 108 pour Carole Delga, dont la majorité gagnerait 15 places ; 28 pour Jean-Paul Garraud (- 12 places) et 22 pour Aurélien Pradié (- 3 places).

Les résultats provisoires à 20h

 

La présidente sortante Carole Delga l'emporterait avec 57,8 % des suffrages exprimés au second tour des élections régionales en Occitanie, selon les estimations Ipsos / Sopra Steria pour France Télévisions/Radio France/Public Sénat/LCP-AN, la socialiste devance Jean-Paul Garraud, le candidat RN (23,9 %) et Aurélien Pradié, tête de liste LR (18,3 %).

L'abstention en très légère baisse en Occitanie

L'abstention atteindrait 61,9 % en Occitanie au second tour, contre 62,8 % au premier tour, selon les estimations d'Ipsos / Sopra Steria réalisées pour France Télévisions, Radio France et LCP-Assemblée nationale/Public Sénat. Au niveau national, l'abstention s'élèverait à 65,7%. « Il s'agit là d'une des plus fortes abstentions de la Ve République, et le record pour un second tour d'élections régionales, note l'institut Ipsos. Un tel niveau d'abstention n'a été enregistré que deux fois depuis 1958, en 2000 au référendum sur le passage du septennat au quinquennat (69,8%) et la semaine dernière, au premier tour des Régionales (66,7%). » 

La participation en baisse à 17 h

En fin d'après-midi, le taux de participation est en baisse par rapport au premier tour des élections. Seuls 31,98 % des inscrits en Haute-Garonne ont voté à 17 h, soit 287 000 électeurs. La participation s'élevait à 33,12 % dimanche dernier, à la même heure. Elle atteignait 52,28 % en 2015.

À l'échelle de la région Occitanie, 31,62 % des électeurs ont voté en moyenne à 17 h, soit 1,3 million des 4,2 millions d'électeurs inscrits. Au niveau national, la participation est encore plus faible, puisqu'elle s'établit à 27,89 %.

Mais comment font-ils ?

À 20 h, les instituts de sondage donnent des résultats estimés des votes alors que certains bureaux ne sont pas encore fermés et que tous les bulletins n'ont pas été comptés. Pourtant, les résultats sont, peu de choses près, presque similaires aux résultats officiels donnés par le ministère de l’Intérieur. Comment s'y prennent-ils ? Réponse à lire sur Mediacités

La participation en baisse à midi

À midi, le taux de participation pour les élections régionales est en baisse en Haute-Garonne. Il atteint 14,83 % des électeurs inscrits, contre 15,97 % au premier tour. Seuls 133 089 électeurs et électrices sur les 897 437 inscrits en Haute-Garonne ont glissé leur bulletin dans l'urne à la mi-journée. En 2015, 20,18 % des électeurs s'étaient déjà déplacés pour le second tour à la même heure.

Dans la région, le taux de participation moyen s'élève à 15,26 % à midi.

Le scandale Adrexo continue

Pour la première fois, le ministère de l'Intérieur avait chargé un prestataire privé de mettre sous pli et d'acheminer une partie des documents de propagande électorale dans le cadre des départementales et des régionales. Une tâche d'habitude remplie par La Poste, seule. Lors du premier tour, l'entreprise n'a pas rempli sa mission pour le premier tour : 9 % des professions de foi des candidats n'ont pas été déposées dans les boîtes aux lettres, selon Libération.

La situation ne s'est pas améliorée pour le second tour. Vendredi 25 juin, Adrexo a informé les services de la préfecture de Haute-Garonne qu'il n'était pas « en mesure d'assurer une part de cette mise sous pli » et que le département était particulièrement impacté.

Résultat, La Poste a repris en matin la distribution de cinq millions de plis relevant des zones dévolues à Adrexo, au niveau national. En Haute-Garonne, « La Poste met en œuvre une organisation spécifique permettant de livrer jusqu’à samedi soir les plis qui pourraient l’être dans les boîtes aux lettres des électeurs du département », indique la Préfecture.

Combien d'électeurs et d'électrices n'ont pas reçu les informations nécessaires pour départager les candidats ou simplement prendre connaissance de la tenue des élections ?  Impossible d'en estimer le nombre à ce stade. Les professions de foi des candidats pour les régionales et pour les départementales sont consultables en ligne.