Au nord de Toulouse, Saint-Jory entérine son statut de bastion du RN

Saint Jory est la seule ville de la métropole toulousaine à avoir placé le RN en tête lors de ce deuxième tour. Cette commune périphérique de 6 500 habitants située au nord de Toulouse est emblématique des bouleversements du paysage politique métropolitain. Comment l’expliquer ? Les élus de gauche, désemparés, pointent les responsabilités de la municipalité actuelles tout en reconnaissant leur propre incapacité à mobiliser l'électorat.

St Jory affiche 2
Dans le nord de la métropole toulousaine, plusieurs villes ont placé le RN en tête au premier tour de la présidentielle. Mais Saint Jory (ici, un panneau d’affichage en centre-ville) est la seule a avoir récidivé dimanche 24 avril. Photo: E.R.

« Moi, j'ai donné 15 ans de ma vie à cette commune. Alors quand je vois ça, j'ai du mal, je me préserve, je ne vais pas trop en ville... » Henri Miguel, l'ancien maire (PS) de Saint-Jory,

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Emmanuel Riondé