Gilles Bertin, le braqueur revenant

Musicien, anar, punk, puis braqueur en 1989 d’un dépôt de la Brink’s à Toulouse, et en cavale pendant presque 30 ans. Les milles vies de Gilles Bertin sont racontées dans un livre auto‐biographique (Trente ans de cavale, ma vie de punk, Editions Robert Laffont) , écrit avec le regretté Manu Escarnot, le correspondant régional de Libération récemment décédé. Après s’être caché de longues années en Espagne, Gilles Bertin a finalement décidé de se rendre à la Justice, voulant « payer ses dettes », raconte le journal Le Monde.

🤚STOP Cet article est réservé à nos abonnés.
 Cependant…
😀 Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !