Un buste de Marianne / Photo : Mediacités - Kevin Arquillo

Un avocat nantais nommé au poste de déontologue de la Ville et de la Métropole de Nantes

La promesse électorale n°317 de Johanna Rolland est tenue. Un an et demi après sa réélection, la maire-présidente (PS) vient de valider le choix de la commission éthique et transparence de la Métropole, composée d’élus et de citoyens. Elle nomme ainsi l’avocat nantais Nicolas Granger à la fonction de déontologue de la ville et de la métropole.

Inscrit au barreau de Nantes, le premier déontologue nantais est un avocat trentenaire qui a prêté serment en janvier 2019. Après des études de droit à l’université de Limoges, il obtient en 2017 son certificat d’aptitude à la profession d’avocat à l’école du Centre-Ouest des Avocats de Poitiers grâce notamment à une note de 15/20 en déontologie. Un premier signe du destin…

Un spécialiste de l'urbanisme

photo-nicolas granger
Nicolas Granger, nouveau déontologue de la Ville et la Métropole de Nantes. / Capture profil Linkedin

A la sortie de ses études, Nicolas Granger est embauché au cours de l’année 2018 à la mairie du Pouliguen en tant que juriste. Spécialisé en droit de l’urbanisme, il est alors en charge des dossiers liés à la gestion foncière. Début 2019, il devient collaborateur du cabinet d’avocats nantais Antigone. Quelques mois auparavant, c’est ce cabinet qui avait été choisi par des riverains du stade de la Beaujoire pour s’opposer au projet YelloPark. Un second signe du destin…

Après un court passage au cabinet nantais Racine au début de l’année 2021, Nicolas Granger exerce depuis octobre dernier à titre individuel dans le domaine de l’urbanisme en particulier. Comme neuf autres candidats, il avait répondu à l’appel à candidature lancé par la Ville de Nantes et la Métropole en mai dernier. Pendant l’été, une première pré-sélection des dix candidatures reçues a été réalisée par les services de la Ville, comme l’a expliqué à Mediacités Olivier Parcot, le directeur général des services.

Un choix validé par Johanna Rolland

La commission éthique et transparence de la Métropole, composée de dix élus de tous bords et dix citoyens, a planché en septembre sur les huit candidats restants. Cinq ont ensuite été reçus en entretien en octobre. Alors que Nicolas Granger n’avait pas obtenu un maximum de voix lors de l’analyse de son dossier, « il a fait forte impression lors de l’oral » de l’avis de trois membres de la commission interrogés par Mediacités. Ce qui aurait fini de convaincre les derniers récalcitrants qui auraient préféré voir un spécialiste de l'éthique plutôt qu’un juriste s'asseoir dans le fauteuil de déontologue. Ce choix a finalement été validé par Johanna Rolland, en début de semaine.

Nicolas Granger sera vacataire de la collectivité, rémunéré selon le nombre de vacations réalisées. Et elles ne devraient pas manquer dans une métropole de 650 000 habitants dont une ville de 300 000 habitants. Comme le précise le pacte de gouvernance de la majorité municipale, le déontologue « pourra être saisi par les élus et les citoyens de toute question relative à la déontologie des élus. Il pourra formuler des recommandations et présentera chaque année un bilan de son activité au Conseil municipal. » Ce garant de l’éthique en politique recevra également la déclaration d’intérêts de chaque élu.

En pratique :

A en croire la charte de déontologie adoptée par le conseil métropolitain nantais en début de mandat, le déontologue pourra ainsi « être saisi par les citoyens et les élus de toute question relative à la déontologie de ces derniers ». Il devra aussi conseiller les élus (à leur demande), pour prévenir les conflits d’intérêts. Enfin, il présentera chaque année un bilan de son activité aux conseils municipal et métropolitain.

Le nouveau déontologue peut être contacté à ces deux adresses mails :

  • deontologue@mairie-nantes.fr
  • deontologue@nantesmetropole.fr


Lire aussi sur Mediacités

Cet article concerne la promesse :
« Création du poste de Déontologue de la ville »
Voir toutes les promesses
Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).

Précédemment dans l'Oeil

Mué en emblème national, le futur CHU de Nantes devient « irrémédiable » selon Jean Castex

En visite à Nantes pour poser la première pierre du - très controversé - futur CHU de la ville, le Premier ministre a fait du projet l'emblème du Ségur de la Santé, lancé en mars 2020. Comme lui et malgré les doutes et les oppositions, la maire (PS), Johanna Rolland, juge désormais le projet irréversible.

Loire-Atlantique : ces cliniques et hôpitaux qui opèrent des cancers sans autorisation

Une enquête de Cash investigation dévoile les statistiques d’opérations par établissement et par type de cancer. A Nantes et en Loire-Atlantique, plusieurs hôpitaux ou cliniques ne respectent pas les seuils requis pour certaines activités.