La députée Valérie Petit. Photo: DR

Valérie Petit démissionne de LREM

[Info Mediacités] La députée de la 9e circonscription du Nord, Valérie Petit, a envoyé, la semaine dernière, sa lettre de démission aux instances nationales du mouvement La République en Marche qu’elle avait intégré en 2016. Elle reste cependant dans le groupe majoritaire à l’Assemblée en tant qu’apparentée.

Contactée par Médiacités, la parlementaire de 43 ans explique vouloir « être libre de toute étiquette partisane ». « Les partis sont morts, ils ne produisent plus d’idées. L’avenir est aux leaders capables de rassembler au-delà des partis », précise la députée qui n’a toujours pas digéré la décision de LREM de ne pas l’investir en juillet dernier comme candidate aux élections municipales à Lille. « Il y a un problème de démocratie interne à LREM, tacle-t-elle. On donne le pouvoir à des gens qui ne sont pas élus et qui prennent des décisions hors-sol. Les vieilles pratiques reviennent sans que le parti ne réagisse ! »

Cette virginité retrouvée serait-elle un moyen pour Valérie Petit de se rapprocher de Martine Aubry et d'obtenir l’ancrage local après lequel elle court depuis quelques semaines ? « Je n’en suis pas là. Je m’intéresse à Lille parce que c’est ma ville et que j’aimerais que ça avance sur certains sujets : l’écologie, la démocratie participative, le commerce de proximité et la sécurité », se défend la députée. Elle se contente pour le moment « d’un soutien amical à la liste de Thierry Pauchet »... qui n'écarte pas un ralliement à la maire de Lille au second tour.

Et si elle devait être absente du combat des municipales ? « Il y aura d’autres échéances ». A commencer par les élections départementales de mars 2021.

Alexandre Lenoir

Précédemment dans l'Oeil

Ponctualité : les TGV du nord, mauvais élèves; les TER, cancres absolus

Que ce soit en termes de retards ou d'annulations de trains, les performances des TGV de l'axe Nord sont parmi les plus mauvaises du pays. Quant aux TER des Hauts-de-France, ils figurent au dernier rang de toutes les région françaises.

Hauts-de-France : Un projet de RER à très petite vitesse

La Région a lancé les premières phases d’études pour la mise en place de son « service express métropolitain », qui permettra de doubler la fréquence des TER, notamment entre Lille et le bassin minier. Un vaste chantier qui traîne depuis dix ans et qui devrait être finalisé d’ici… 2040.