Lambersart : le premier adjoint se rebiffe contre Daubresse

 
Alors que Marc-Philippe Daubresse quitte Lambersart pour se présenter à Lille, Christophe Caudron, son successeur désigné, s’émancipe. Préférant le soutien d’En Marche à celui un peu trop encombrant du couple Daubresse.

L’année 2020 marquera inévitablement un tournant pour Lambersart, un changement d’ère et d’air. Le prochain mandat débutera, pour la première fois depuis 1988, sans Marc-Philippe Daubresse, parti tenter l’aventure à la mairie de Lille. Le départ de l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy laisse le champ libre à six prétendants à l'hôtel de ville de Lambersart. Dont cinq divers droite ! Trois d’entre eux sont d’anciens adjoints au maire : Claudie Jilcot, Christophe Caudron et Frédéric Dehaeze.          

« C’est la foire d’empoigne, illustre Pierre Reynaert, référent La République en marche (LREM), à Lambersart. Une fin de règne non préparée, non anticipée. » Objection de Marc-Philippe Daubresse : « En 2014, j’avais dit que ce serait mon dernier mandat et j’avais proposé à Christophe Caudron de prendre la suite en 2020. » Christophe Caudron est alors son adjoint le plus proche. Un an plus tard, le banquier de 56 ans sera même le témoin du mariage entre Marc-Philippe Daubresse et Brigitte Astruc, 2e adjointe à Lambersart et vice-présidente au département du Nord.

L’histoire s’accélère en 2017. Tout juste élu sénateur du Nord (Les . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Squat du 5 étoiles : la justice relaxe la majorité des opposants à l’expulsion

Le tribunal correctionnel de Lille a rendu son verdict dans le procès des seize personnes interpellées suite à l’expulsion du squat du 5 étoiles, le 4 juin 2019.

A Faches-Thumesnil, ce projet immobilier polémique qui a (peut-être) changé le sort des municipales

Contesté par plus de 500 personnes, le projet de construction de 480 logements dans le secteur Jappe-Geslot a joué un rôle dans la victoire de la liste d'union des gauches menée par l'insoumis, Patrick Proisy. Mais c'est lui qui doit désormais gérer cette "patate chaude".