La Maison de la photographie de Lille-Fives ne fêtera pas son 24ème anniversaire. PHOTO : Creative Commons/ Olivier Duquesne

La Maison de la Photo de Fives ferme définitivement ses portes

Privée de subventions par la mairie de Lille, plombée par la crise sanitaire, concurrencée par le nouvel Institut régional pour la photo, la structure fivoise jette l’éponge. Son directeur Olivier Spillebout annonce une ultime exposition.

« Après presque 24 ans d’existence, la Maison de la photographie se voit contrainte de fermer définitivement, malgré le travail accompli au service de la photographie et de la culture sur notre territoire. Depuis deux ans, la structure a réussi à survivre, mais les règlements de compte politiques, suivis de la crise sanitaire, ont définitivement eu raison de ses efforts et pris le dessus sur les enjeux artistiques qu’elle portait », déplore aujourd’hui le directeur de la structure fivoise, Olivier Spillebout.

Depuis la suspension d’une subvention annuelle de 130 000 euros, entérinée en janvier 2018 par la ville de Lille, principal financeur de cette structure privée, la Maison de la photo avait multiplié les alertes quant à sa fragilité financière. Au même moment était lancé l’Institut pour la photographie (IPP), un projet à plusieurs millions d’euros autour du 8ème art porté par le président de la Région Hauts-de-France, Xavier Bertrand.
« Règlements de comptes politiques »
Les appels à l’aide lancés par Olivier Spillebout n’auront pas été entendus. « Martine Aubry et . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Précédemment dans l'Oeil

Les folies du Racing Club de Lens

Le foot rend fou et le Racing Club de Lens plus encore. C’est le constat que l’on dresse en achevant la lecture de « Retour vers le futur », le 4e opus que notre collaborateur Benoît Dequevauviller vient de consacrer au club des Sang et Or.

Faches-Thumesnil se déclare en état d’urgence climatique

Après Paris, Madrid ou New York, c’est au tour de Faches-Thumesnil, rare ville dirigée par un maire La France Insoumise, de se déclarer en état d’urgence climatique.