Ce vendredi 6 avril à 17 heures se déroulera le conseil municipal de Lille. A l’ordre du jour, le vote de subventions à des structures culturelles. Et parmi elles, la Maison de la Photographie. Les élus seront invités à voter le versement de 30 000 euros au profit du festival des Transphotographiques, organisé par la Maison de la Photo en juin et juillet prochains. Mais pour ce qui est de la subvention de fonctionnement à la structure en elle-même, rien n’est prévu. Ce qui signe la mort à brève échéance de la Maison de la Photo, au moment même où l'Institut Régional de la Photo, porté par le président du Conseil régional Xavier Bertrand, émerge.

Lors d’une conférence de presse organisée le 5 mars dernier, Pierre Coursières, le vice-président de la Maison de la Photo et, par ailleurs, PDG du Furet du Nord, avait pourtant prévenu : « Si les collectivités ne font pas bouger les lignes, la Maison de la Photo est en danger de mort à courte échéance (…) On demande de financer d’abord le budget de fonctionnement pour pouvoir développer le reste ». Le président de la Maison de la Photo, Patrick Roussiès, par ailleurs adjoint au maire de Valenciennes et Président du Phénix, avait ajouté : « Je ne comprends pas une politique culturelle qui finance l’événement (les Transphotos) mais pas les actions à l’année ! On lance un cri d’alarme. »

Un sujet « éminemment politique » pour l'opposition

Le cri d’alarme ne semble donc pas avoir été entendu. La Ville de Lille, la Région Hauts-de-France, la Métropole européenne de Lille (MEL) et le Conseil Départemental verseront donc chacun 30 000 euros pour sauver le festival des Transphotographiques 2018. Mais nulle trace désormais de la ligne budgétaire de 130 000 euros au profit de la Maison de la Photo qui figurait encore dans le budget prévisionnel 2018 de la ville en janvier. L’élu d’opposition François Kinget a prévu d’intervenir vendredi soir sur « ce sujet éminemment politique qui illustre la gestion erratique des associations et de la politique culturelle ». Le directeur de la Maison de la Photo Olivier Spillebout, lui, refuse de s’exprimer avant le conseil municipal.

Le 25 mars dernier, il avait lancé une pétition en ligne intitulée « La Maison de la Photographie est une chance pour Lille, sauvons-la ! » Plus de 200 personnes ont signé ce document qui demande aux « décideurs publics du territoire d’organiser le sauvetage du projet et de mettre les moyens nécessaires à son existence et même à son développement ». Avec l’énergie du désespoir.