Genfit taille dans ses effectifs et dévoile sa nouvelle stratégie

C’est l’heure de la facture pour les salariés de Genfit. La biotech lilloise a annoncé mercredi qu’elle allait supprimer 80 postes dans le monde, afin de ramener ses effectifs à 120 personnes contre 200 auparavant. Cette décision fait suite à l’annonce, le 12 mai, de l’échec de son médicament, l’élafibranor, contre la Nash, également appelée « maladie du foie gras ». Un échec qui n’a fait que confirmer une longue liste d’essais décevants et une gestion pour le moins cahotique, comme Mediacités a pu le raconter.

https://www.mediacites.fr/enquete/lille/2020/05/22/genfit-la-figure-de-proue-des-biotechs-nordistes-prend-leau/

La restructuration a en fait déjà commencé puisque quarante « départs naturels », intervenus depuis, n’ont pas été remplacés, selon Les Echos. Quarante nouvelles suppressions de postes doivent s’y ajouter. « Les locaux devenus trop grands seront sous-loués pour partie », précise le quotidien économique.

Avec cette mesure, Genfit entend réduire sa consommation de cash, pour la faire passer d’un rythme actuel de 110 millions d’euros par an à 45 millions en 2022. L’entreprise peut toutefois compter sur une trésorerie encore abondante de 226 millions d’euros au 30 juin. Il est vrai qu’elle a réussi à lever plus de 330 millions d’euros en faisant miroiter aux investisseurs les perspectives du marché du . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Métropole de Lille : l’ancien DGS Bruno Cassette nommé sous-préfet à Aix-en-Provence

L'ancien bras droit de Damien Castelain à la Métropole européenne de Lille, a été nommé sous-préfet d’Aix-en-Provence par décret du président de la République en date du 5 janvier 2021.

La liberté d’informer sur les évacuations de camps de migrants s’invite au tribunal de Lille

Le tribunal administratif de Lille a rejeté, mardi 5 janvier, la demande de deux journalistes visant à enjoindre les préfectures du Nord et du Pas-de-Calais de leur permettre de couvrir l'évacuation des campements de migrants sur le littoral des deux départements.