/ © Photo : Juraj Varga / Pixabay

50 000 masques de la Région Hauts-de-France volés à Amiens

Alors que la deuxième vague est officiellement là et que le port du masque est désormais recommandé même dans la sphère familiale, un vol de masques a de quoi irriter. La Région Hauts-de-France a déposé une plainte début septembre pour un vol de 25 cartons de 2 000 masques chirurgicaux jetables, soit 50 000 masques. Stockés dans l’un de ses entrepôts à Amiens début juillet, ces masques constituaient un stock pour pallier d’éventuels besoins.

Aucune effraction n’a été constatée sur le site et les dispositifs de sécurité ont varié dans le temps. « Nous avions une société de gardiennage qui surveillait le site. Elle a ensuite été remplacée par un système d’alarme qui a été couplé peu de temps après par de la vidéosurveillance », explique Laurent Vercruysse, directeur général des services (DGS) à la Région.

Les images n’ayant rien montré, le vol aurait probablement été commis avant l’arrivée des caméras. Un préjudice évalué à 29 000 euros. « Une enquête est menée par les services de police, poursuit le DGS. Et de notre côté, nous avons mis en place une mission pour examiner le respect des conditions de sécurité sur l’ensemble de nos sites. » Même s’il n’y a plus de pénurie de masques, en ces temps de reconfinement et de port de masque généralisé, 50 000 masques ainsi volatilisés passent mal. « Beaucoup de gens sont mobilisés sur cette histoire. C’est tendu ici (à la Région, ndlr) », nous confie une source proche du dossier.

Nadia Daki

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Tourcoing : les trois échecs de la politique de la ville à la Bourgogne

Malgré une rénovation urbaine ambitieuse dans les années 2000, l’attractivité du quartier classé “prioritaire” s’est encore dégradée, selon un rapport de la Cour des comptes.

Squat du 5 étoiles : la justice relaxe la majorité des opposants à l’expulsion

Le tribunal correctionnel de Lille a rendu son verdict dans le procès des seize personnes interpellées suite à l’expulsion du squat du 5 étoiles, le 4 juin 2019.