Lil’Aéroparc : un nouveau projet, réduit d’un quart, en quête d’un feu vert

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Bertrand Verfaillie

Après avoir été retoqué, le projet de parc d'activité qui doit s'installer près de l'aéroport de Lesquin revient dans une version revue à la baisse afin de décrocher enfin l'autorisation préfectorale.

C'est le retour de Lil'Aéroparc, le parc d'activité « démonstrateur de la troisième révolution industrielle » que la Chambre de commerce et d'industrie Grand Lille entend implanter à Lesquin. Le projet a toutefois subi une cure d'amaigrissement depuis 2019 : seulement 150 000 mètres carrés devraient être construits sur le site dit du pic-au-vent, au lieu des 200 000 prévus initialement. Le Préfet de région est passé par là, qui a interdit, en février 2019, toute installation de bâtiments au-dessus des champs captants d'eau potable du sud de Lille.

Les promoteurs de Lil'Aéroparc, et le prestigieux cabinet d'urbanisme uapS qui les accompagne, ont dû revoir plusieurs fois leur copie pour répondre à cette contrainte. Ils ont notamment étudié précisément les contours de la réserve d'eau située sous leur terrain pour déterminer l'occupation du sol. « Il y aura zéro urbanisation dans l'aire d'alimentation de la nappe, à l'exception des voiries d'accès », certifie à Mediacités Louis-Philippe Blervacque, le président de la CCI Grand Lille. Il se félicite d'avoir préservé le « geste architectural » d'un grand anneau central au milieu duquel seront concentrées les entreprises, et où les automobiles ne pénétreront pas. Au nord de cette « zone intensive », est encore programmé un « parc économique boisé ».
Un projet à 150 millions d'euros
Précision : comme l'exige l'Etat, tous les candidats à l'installation sur place devront . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment