Lil’Aéroparc : un nouveau projet, réduit d’un quart, en quête d’un feu vert

C'est le retour de Lil'Aéroparc, le parc d'activité « démonstrateur de la troisième révolution industrielle » que la Chambre de commerce et d'industrie Grand Lille entend implanter à Lesquin. Le projet a toutefois subi une cure d'amaigrissement depuis 2019 : seulement 150 000 mètres carrés devraient être construits sur le site dit du pic-au-vent, au lieu des 200 000 prévus initialement. Le Préfet de région est passé par là, qui a interdit, en février 2019, toute installation de bâtiments au-dessus des champs captants d'eau potable du sud de Lille.

Les promoteurs de Lil'Aéroparc, et le prestigieux cabinet d'urbanisme uapS qui les accompagne, ont dû revoir plusieurs fois leur copie pour répondre à cette contrainte. Ils ont notamment étudié précisément les contours de la réserve d'eau située sous leur terrain pour déterminer l'occupation du sol. « Il y aura zéro urbanisation dans l'aire d'alimentation de la nappe, à l'exception des voiries d'accès », certifie à Mediacités Louis-Philippe Blervacque, le président de la CCI Grand Lille. Il se félicite d'avoir préservé le « geste architectural » d'un grand anneau central au milieu duquel seront concentrées les entreprises, et où les automobiles ne pénétreront pas. Au nord de cette « zone intensive », est encore programmé un « parc économique boisé ».
Un projet à 150 millions d'euros
Précision : comme l'exige l'Etat, tous les candidats à l'installation sur place devront . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

La fille de Bernard Arnault récompensée par l’Edhec… À quel prix ?

Delphine Arnault, fille du PDG de LVMH, a reçu début juin le prix Edhec de l’année, comme l’a remarqué Le Canard enchaîné. Un an plus tôt, le groupe de Bernard Arnault avait cédé gratuitement à l’école de commerce 2 500 m2 de locaux à Roubaix…

Le nord de la France, champion de l’utilisation de pesticides

Une carte publiée par l’association Solagro, spécialisée dans l’accompagnement des agriculteurs, met en avant l’utilisation massive de produits phytosanitaires dans le nord de la France. En cause : les cultures privilégiées et le peu d’agriculture biologique sur notre territoire.